☆ Guide 2024 du rachat d’or: comment vendre ses bijoux au meilleur prix.

Reading Time: 11 minutes

Lorsque vous vendez vos bijoux en or, il est important de vérifier la présence du poinçon, tel que la tête d’aigle, qui certifie la qualité de l’or (750 pour de l’or 18 carats). Si vous avez des doutes, vous pouvez demander à ce que votre or soit testé à l’aide d’une pierre de touche. Cette procédure garantit la pureté de l’or que vous vendez.

Comment choisir l’enseigne à qui vendre votre or ?

Il est essentiel de faire la distinction entre un bijoutier-joaillier et les professionnels qui rachètent de l’or pour le revendre à des fins lucratives. Les bijoutiers-joailliers utilisent l’or qu’ils achètent pour fabriquer de nouveaux bijoux uniques et personnalisés. Ils sont des artisans créatifs et leur expertise assure une juste évaluation de votre or. Enfin, gardez à l’esprit que si vos bijoux contiennent des pierres précieuses, leur valeur sera également prise en compte lors de la transaction. Les professionnels évalueront ces pierres et ajusteront leur offre en conséquence. Si vous souhaitez conserver les pierres, assurez-vous de le spécifier avant la vente.

Vous ne pouvez pas raisonnablement vous contenter de faire confiance à tous les bureaux de rachat d’or

De toute façon, pour une petite bague ou quelques grammes, le prix sera toujours relativement bas. Les poinçons (clic ici pour les poinçons de l’or) ne sont pas toujours présents, d’ailleurs, la majorité des bijoux n’en ont pas puisque le poinçon n’est obligatoire qu’à partir de trois grammes d’or. Donc exit les petites babioles en or. La même chose pour les objets brisés. Bien souvent le poinçon ne se trouvera pas. Ce sont les conseils de la direction contre les fraudes. Elles ne sont guère utiles, mais c’est toujours bon à savoir !

Surtout, surtout et encore surtout, vous devez prendre le temps de vérifier leur réputation. (Chose guère facile, mais nous tentons de faire le tri nous-même. Parfois nous recommandons une adresse !)

Pour peu de quantité, privilégiez les enseignes de rachat d’or près de chez vous. Vous gagnerez plus de temps et de l’argent en évitant les allers et retours. Pour une quantité plus importante, allez dans une grande ville.

La plupart des enseignes vous proposeront des conseils personnalisés. Ce n’est pas très utile, puisque de toute manière c’est l’acheteur qui donne des conseils…Un autre reportage de la télévision suisse, que vous devriez lire d’ailleurs nous donne quelques indications. En premier, qui paye le mieux ?

  • Les marges varient entre 17% et 20% pour les meilleurs. Les meilleurs prix en bijouterie, les chaînes spécialisées et des numismates. (Mais pour le rachat d’or en Suisse, en France nous sommes plutôt à 50%)
  • Entre 20 et 37%. C’est une marge que l’on considère comme normale, pour une entreprise. Une marge confortable, pour un business qui surfe dans un contexte idéal pour gagner de l’argent : Un or qui vaut cher, des particuliers qui ont besoin de liquides.

La négociation, comment comment ça se passe ?

Après la pesée des bijoux, place à l’offre de rachat des métaux précieux. On le calcule à partir du cours du gramme d’or, mais «  je dois racheter le gramme d’or un peu en dessous ; car nous-mêmes vendons l’or à la fonderie a un prix plus bas que celui du marché. «  tout en expliquant que les prix de références sont pour les barres de 12 kilos d’or pur. Mais l’acheteur d’or tentera de proposer le meilleur prix possible. En effet ; le succès de cette société repose sur le bouche-à-oreille et la notoriété auprès de leur clientèle. Ensuite place au paiement par chèque ou par virement, après la présentation de la carte d’identité, suivant la législation en vigueur. En effet, depuis le 1er janvier 2016, une loi impose un délai de réflexion de 24 heures pour chaque transaction d’or et d’argent. Attention, cela ne concerne que le rachat de bijoux et débris, l’or d’investissement (pièces et lingots) est exclu.

Législation et fiscalité : régime fiscal du rachat d’or (bijoux) en France.

Les métaux précieux ne sont pas taxés à l’achat mais à la vente. En France, un particulier vendant des bijoux en or destinés La taxe sur les métaux précieux, aussi appelée TMP dont le montant est de 6% depuis le 1 janvier 2014 si les bijoux ne sont pas destinés a la refonte, mais réparés et revendu. les bijoux destinés à la refonte supportent quand à eux une taxe de 10,5%.  Pour les monnaies et lingot en or il existe une autre législation.

  • Si la vente a lieu en France, c’est la société vous rachetant votre or qui se chargera de payer la taxe, laquelle sera déduite de votre règlement.
  • Attention, au cas ou vous vendriez votre or à l’étranger, vous devrez vous même régler cette taxe.

Cependant, depuis le 27 septembre 2015, la vente de bijoux destinés à la fonte n’est plus soumise à la TMP, si la vente est inférieure à 5000€.

Au-delà de 5000€, la taxe est soit de 6% ou 10,5%, calculée sur le montant de la vente.


La loi Hamon. Une protection pour le consommateur.

La Loi Hamon est une loi du 17 mars 2014 à l’origine d’une multitude de dispositions concernant les contrats d’achats de métaux précieux. Cette étude disponible sous le lien ci-dessus permet appréhender les changements en cours dans le secteur du rachat d’or en France.

Cette nouvelle législation renforce la protection des consommateurs.

Les dispositions du présent arrêté s’appliquent aux opérations d’achat de métaux précieux (bijoux, de pièce de collection, d’objet d’art ou or d’investissement). Elle vise la clarté des prix de rachat aux consommateurs.

  • La proposition de prix de rachat de métaux précieux doit se faire via « affichage clair, précis, visible et lisible du public » (arrêté du 18 août 2015).
  • Pour les bijoux destinés à la fonte, le prix de rachat est indiqué au gramme près et exprimé en millième. Pour l’or d’investissement, le prix doit être précisé pour chaque pièce et lingot.
  • Pour chaque proposition de prix de rachat, le professionnel est tenu d’informer du montant de la taxe applicable à la vente de métaux précieux.

Depuis la loi du 17 mars 2014, lorsqu’un professionnel achète des métaux précieux à un consommateur, le paiement doit être effectué par chèque barré au nom du consommateur vendeur ou par virement à un compte ouvert au nom du consommateur. Le paiement en espèces des métaux précieux est interdit.

Avant le 01 septembre 2011, l’article L.112-6 du Code Monétaire et Financier ainsi que le décret n2010-662 du 16 juin 2010 régissaient l’achat d’or en France, acheter de l’or en liquide était tout à fait possible. Tout moyen de paiement était accepté, comme une carte bancaire, un chèque ou un virement bancaire.


Les règles qui régissent actuellement le rachat de métaux précieux.

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) précise les obligations des professionnels français de l’achat d’or, lesquelles se sont renforcées depuis la loi Hamon. La DGCCRF souligne dans sa dernière circulaire qu’ »Il convient cependant de se montrer prudent lorsque l’on souhaite vendre son or et en conséquence, s’adresser exclusivement à des professionnels qualifiés et équipés du matériel nécessaire« , En France, toutes personnes ou entreprises avec comme activité l’achat d’or d’argent ou de platine auprès des particuliers sont obligés d’afficher les prix proposés sous peine d’une amende de 15000 € au maximum. Il doit également remplir une déclaration annuelle dont vous trouverez le formulaire ici.

Un contrat écrit doit être établi lors de la transaction entre un professionnel et un particulier, une faute à cette obligation est passible de 2 ans d’emprisonnement et d’une amende de 150 000 €.

Les mentions obligatoires du contrat.

  1. Le nom et l’adresse complète de l’acheteur, ou raison sociale et adresse du siège social d’une personne morale,
  2. Le numéro RCS du commerçant,
  3. Le numéro au Répertoire des métiers (RM) de l’artisan,
  4. Le numéro de TVA du professionnel.
  5. Le nom et l’adresse complète du vendeur, la date et l’adresse du
  6. lieu de conclusion du contrat ainsi que désignation précise de l’or vendu (poids, pureté du métal exprimée en millièmes…),

Cette loi vise à encadrer la vente d’argent, d’or et de platine par les particuliers en soumettant les professionnels à de nouvelles obligations :

  • Transparence sur le prix de rachat de l’or au gramme. Les services de la répression des fraudes ont révélé un manque de transparence en termes de prix. Pour y pallier, l’article 24 de la loi Hamon introduit l’obligation pour les professionnels d’indiquer clairement les prix de rachat pratiqués, en cas de manque à cette obligation ou si les prix sont mal affichés, une amende de 3.000 euros maximum est prévu.
  • Un contrat par écrit. Les opérations de vente d’or devront faire l’objet d’un contrat écrit, dont un exemplaire sera remis au particulier, ou seront repris les noms et adresses des deux parties (vendeur et acheteur), la date et le lieu de conclusion du contrat, du prix de vente de l’or en indiquant si les taxes et frais éventuels sont à la charge du particulier.
  • Un délai de rétraction de 24H. Le vendeur bénéficie d’un droit de rétractation de 24 heures après la signature du contrat et ce sans avoir à justifier de motifs ni à payer de pénalités.  Les acheteurs d’or se retrouvent donc dans l’obligation de conserver le bijou 24 heures au lieu de l’envoyer immédiatement au raffinage et à la fonte, a noté que ce droit de rétraction ne s’applique pas à l’or de bourse ou d’investissement (les lingots ou les pièces d’or). En cas de refus ou de manque à cette obligation une amende est prévue, d’un maximum de 150.000 euros et d’une peine d’emprisonnement de deux ans.
  • Paiement de l’or en chèque ou virement bancaire.
  • Cette nouvelle loi renforce l’obligation du paiement par chèque ou par virement, le paiement en espèces étant déjà interdit pour tous achat ou vente de métaux précieux.

Démarchage à domicile interdit

Deux dispositions du code monétaire et financier, les articles L 342 -1 et L 342-2 interdisent l’achat, soit au domicile des particuliers, soit dans les lieux publics non réservés à cet effet, d’or sous forme de lingots, barres, monnaies étrangères et pièces démonétisées. Ils interdisent, également, le démarchage, sous quelque forme que ce soit, au domicile des particuliers ou dans les lieux non réservés à cet effet, en vue d’acheter de l’or sous ces mêmes formes. Un travail interministériel a été engagé pour mieux encadrer la publicité en faveur des opérations d’achat d’or, dès lors qu’il est destiné à être fondu et transformé. Cependant, la lutte contre les filières d’écoulement de bijoux volés doit être totalement compatible avec l’indispensable défense des droits des consommateurs.

Outre les magasins spécialisés et internet (certains sites étant implantés à l’étranger pour échapper à toute obligation fiscale en France), ces opérations avaient lieu dans des hôtels, sur les marchés, dans des débits de tabac (dans le cadre de la diversification de l’activité des buralistes), dans certains hypermarchés (contre des bons d’achat) et même, au domicile des particuliers. Cette extension, aussi conséquente que rapide, du réseau institutionnel d’achat d’or, était entretenue par une campagne publicitaire frénétique, facilitant d’autant la tâche de ceux qui souhaitaient écouler, dans la plus grande discrétion, des bijoux à la provenance douteuse.

La limite des 3000 euros en Espèce.

La loi de finances rectificative du 30 juillet 2011, interdit les paiements en espèces pour toute transaction relative à l’achat au détail de métaux ferreux et non ferreux (article 51). Depuis la loi du 17 mars 2014, le paiement en espèces des métaux précieux est interdit. Seul le chèque barré, le virement bancaire ou postal et la carte de paiement pourront être utilisés.

La face cachée du prix du Rachat d’or: Pièges et Arnaques.

L’or ne connaît pas la crise. Elle en profite. Dur d’échapper aux propositions de rachat d’or qui fleurissent à chaque coin de rue et dans les journaux. Le chemin pour vendre son or peut être tortueux, le business du rachat d’or étant propice aux charlatans, qui, surfant sur la nécessité de cash des gens, peuvent vous tromper.

Il est impératif de confier la vente de votre or à des enseignes professionnelles et spécialisées dans ce type de transaction. Il existe de plus en plus d’acheteurs itinérants qui n’apportent pas de garanties sûres aux particuliers. S’adresser à ces négociants est risqué. De même, la vente d’or sur internet est totalement déconseillée, ces sites internet agissant bien souvent depuis l’étranger, vos recours seront très limités en cas de problèmes. Après vérifiez bien que la TMP a été prélevé sus afin que ça ne soit pas à vous de le déclarer aux impôts. Enfin, si pour les pièces et lingots (l’or investissement), vous devriez voir avec votre banque, la plupart des banques peuvent se charger de vendre votre or.

1ère étape

Définir la composition du métal

Seuls les lingots d’or sont fabriqués en or fin, soit 24 carats. Pour vendre ses bijoux en or, il est impératif d’en déterminer la composition en or et en alliage. Vous pourrez donc posséder des bijoux ou des objets de 9 carats, de 14 carats, de 18 carats, de 22 carats ou même de de 24 carats. Son degré de pureté, exprimé en carats, est confirmé par un poinçon. Un poinçon représentant une tête d’aigle indique de l’or à 18 carats (constitué à 75 % d’or pur), une coquille signifie de l’or à 14 carats (soit 58,3 % d’or pur), tandis qu’un trèfle révèle de l’or à 9 carats (comportant 37,5 % d’or pur). À noter que l’or à 18 carats est le plus répandu en France.

2ème étape

Calculez le poids d’or pur dans votre bijou : après avoir pesé celui-ci (à l’aide d’une balance de cuisine ou d’un autre instrument précis), retranchez 25 % du poids s’il s’agit d’or à 18 carats, 41,7 % pour de l’or à 14 carats, ou 62,5 % pour de l’or à 9 carats.

Peser votre objet en or de nouveau à un comptoir d’achat or, l’expert présent procède à la pesée de votre objet. Cette pesée est réalisée uniquement sous vos yeux avec une balance certifiée. Ce fonctionnement vous assure une pesée en toute transparence et sans erreurs possibles.

3ème étape

Fixer le prix de votre objet en or. La composition et le poids de votre objet étant connus, les professionnels du comptoir d’achat or sont donc en mesure de vous donner une offre de rachat pour votre objet. Ce prix est défini en fonction du taux de l’or en cours.

Le prix proposé correspond à la somme qui vous sera versée, aucun frais supplémentaire n’entre en jeu. Comparez votre estimation avec le prix proposé par votre intermédiaire. Ce dernier ne devrait pas être inférieur de plus de 30 à 35 % au prix que vous avez obtenu à l’issue de la troisième étape.

4ème étape

Obtenir le paiement de l’or. Suite au prix de rachat fixé, le devis correspondant doit être accepté pour permettre le paiement de votre objet. Seuls deux options de paiement existent, par chèque ou par virement bancaire. La législation interdit l’utilisation d’espèces dans ce type de trans

  • P
  • Deuxième étape – Calculez le poids d’or pur dans votre bijou : après avoir pesé celui-ci (à l’aide d’une balance de cuisine ou d’un autre instrument précis), retranchez 25 % du poids s’il s’agit d’or à 18 carats, 41,7 % pour de l’or à 14 carats, ou 62,5 % pour de l’or à 9 carats.
  • Troisième étape – Déterminez le prix net : multipliez le résultat obtenu par le cours du gramme d’or (42,28 €, en date du 22.8.24), soustrayez la taxe forfaitaire de 8 % sur le prix de vente, ainsi que la marge du professionnel (généralement entre 20 et 25 %).
  • Quatrième étape – Comparez votre estimation avec le prix proposé par votre intermédiaire. Ce dernier ne devrait pas être inférieur de plus de 30 à 35 % au prix que vous avez obtenu à l’issue de la troisième étape.
  • Il est également conseillé de nettoyer soigneusement vos bijoux en or avant de les vendre, car un bijou propre peut avoir un meilleur effet visuel et potentiellement obtenir un meilleur prix. Il existe plusieurs méthodes de nettoyage pour les bijoux en or, telles que l’utilisation de produits spécifiques ou de solutions maison.

Un poinçon en forme de tête d’aigle confirme 18 carats (75 % d’or pur), un trèfle : 14 carats (58,3 %), une coquille : 9 carats (37,5 %).

N’oubliez pas de prendre en compte d’autres facteurs tels que la réputation de l’acheteur, les frais éventuels et les conditions de vente avant de prendre une décision finale.

Une des méthodes couramment utilisées consiste à annoncer aux clients un prix surévalué par rapport au prix officiel, puis, une fois qu’ils sont chez vous, à leur avancer un argument fallacieux pour les convaincre de vendre malgré tout. Par exemple, le cours officiel de l’or est actuellement à 55 300 euros le kilo, soit 55,30 euros par gramme. Cependant, certains sites peu scrupuleux vous annoncent un prix approximatif de 46 à 47 euros par gramme, en prétendant faire preuve de générosité en vous donnant 5 à 6 euros de plus que le cours officiel. Ils prétendent également prendre en charge tous les frais d’affinage, mais ce service n’est évidemment pas gratuit. De plus, lorsque vous arrivez sur place, vous ne recevez jamais le prix affiché. On vous avance alors deux arguments possibles : soit le prix annoncé sur le site concerne le bijou dans sa totalité, mais votre bijou ne contient que 75% d’or pur, soit le prix français concerne les bijoux revendables en tant que bijoux d’occasion, mais pas les vôtres. Ces arguments sont fallacieux et visent simplement à vous faire accepter une transaction à un prix bien inférieur à ce que vous auriez dû obtenir. Il est donc important d’être vigilant et de se renseigner auprès de plusieurs professionnels avant de procéder à la vente de vos bijoux.

Répandre l'amour.

© 2024. Made with Twentig.