•  
  •  
  •  
  •  

L’investisseur particulier aura tout a choisir entre les deux placements les plus surs du marché : L’assurance-vie et l’or

La hausse du prix de l’or devrait se poursuivre. Est ‘il encore temps d’acheter de l’or ?

Le cours du métal jaune est en hausse depuis le début de l’année. Comment s’expliquer cette nouvelle hausse de l’or en bourse ?
Cette hausse s’inscrit dans une tonique générale de recherche de valeur refuge avec le retour des craintes globales sur le système financier mondial. Les gens cherchent à investir sur l’or, pièces ou lingots, pour protéger leur patrimoine. Depuis une dizaine d’année ont apparus des  facteurs macroéconomiques qui contribuent grandement  à la hausse du cours de l’or sur le long terme. Il existe à l’heure actuelle une tendance inflationniste sur le long terme, compte tenu de la croissance qui est en baisse alors que le chômage est en progression.

Cela devrait se traduire à terme par une baisse des salaires, une chute de l’investissement des entreprises et à terme une politique inflationniste de la banque centrale européenne pour relancer l’économie en permettant aux entreprises de se fiancer a un taux proche de 0. Et l’or est un placement de chois quand l’inflation augmente et que les taux d’intérêt sont bas, rendant alors les placements en actions moins attractifs. Le cours de l’or est en route vers les 1300 dollars l’once, et ce niveau ne sera pas une limite. Cette tendance haussière a commencé en 2001. En général, un tel mouvement dure 20 ans, souligne vente-achat-or.org

Notre recommandation pour investir dans l'or et l'argent - Goldbroker.com

Une fiscalité pénalisante

Difficile d’échapper à la lourde fiscalité sur les cessions de pièces d’or. Les intermédiaires appliquent une taxe forfaitaire de 8% sur le montant de la transaction, même dans le cas où le vendeur réalise une moins-value.
Toutefois, il est possible d’opter pour le régime des plus-values sur les biens meubles. La taxation sera alors de 27% de la plus-value réalisée après application d’un abattement de 10% sur le gain par année de détention à partir de la troisième année. Aucun impôt ne sera dû après douze ans. Mais il faut avoir conservé une preuve de la date d’achat. Et il n’est pas toujours possible de profiter de la mesure : seuls les lingots d’au moins un kilo composés d’un minimum de 99,5% d’or fin, les pièces et monnaies frappées après 1800 et ayant servi de moyen de paiement sont concernés.

Assurance-vie : faites l’impasse sur les frais

L’assurance-vie reste le placement préféré des Français. Mais aujourd’hui, les frais pèsent lourd. Sur un contrat en euros, un épargnant met environ neuf mois à éponger des droits d’entrée de 3,5%. Côté multisupports, les frais sont aussi de plus en plus pénalisants. Quand les indices boursiers s’envolent, 3 ou 4% de droits d’entrée ne représentent pas grand-chose.

Dans la période actuelle, il en va autrement.

Rien d’étonnant donc à ce qu’un nombre croissant d’établissements propose des contrats d’assurance-vie sans droits d’entrée. C’est le cas de quelques rares acteurs traditionnels (la Macif et Legal & General), et surtout de courtiers en ligne (Boursorama, Symphonis…)

Dernier en date, le courtier Sicavonline vient d’annoncer le lancement d’un contrat, baptisé «Win To Win», qui fait l’impasse sur les droits d’entrée, mais aussi sur les frais de gestion. En contrepartie, le promoteur prélèvera 20% de la performance si celle-ci dépasse 5% l’an. Le contrat est un multisupports, qui comporte deux profils, tous deux assis sur des fonds de fonds actions multi gestionnaires d’Avenir Finance (société du même groupe).

Sur ce marché, Legal & General a été un des pionniers, et toute la gamme du spécialiste de la gestion indicielle est exempte de droits d’entrée. Les frais de gestion s’élèvent en contrepartie à 1% sur le contrat multisupports, qui propose un fonds en euros et des OPCVM indiciels. La Macif propose deux versions de chacun de ses contrats, avec ou sans droits d’entrée.

Les clients qui ne veulent pas payer de droits supportent des frais de gestion plus élevés que les autres.

Symphonis (Crédit mutuel) ne prélève pas lui non plus de droits d’entrée, mais les frais de gestion atteignent 0,9%. Le mois dernier, le courtier en ligne a aussi lancé une offre de gestion sous mandats dans l’assurance-vie. Son coût sera fonction des performances : pour un profil équilibré, Symphonis prélèvera 12% de la performance semestrielle si celle-ci est positive. Enfin, Boursorama a supprimé les droits d’entrée sur son contrat d’assurance-vie. Les frais de gestion s’élèvent à 0,6% sur le fonds en euros et à 0,85% sur les unités de comptes. La formule donne accès à 46 supports, dont un fonds en euros.

Aujourd’hui, l’épargnant qui veut faire l’impasse sur les droits d’entrée a donc l’embarras du choix. Mais la comparaison n’est pas toujours facile, et avant de souscrire, il faut prendre le temps de comparer en détail les offres, comme le souligne le portail gouvernemental service-public.fr. En particulier les Sicav proposées dans le cadre des contrats. Car, en matière d’assurance-vie, mieux vaut ne pas se tromper. Ces contrats sont des placements de long terme qui vous engagent pour longtemps… D’autant qu’ils ne sont toujours pas transférables dans une autre compagnie !

  •  
  •