• 5
  •  
  •  
    5
    Shares

L’argent proposé pour des bijoux en or va varier jusqu’à 60 euros en fonction de l’établissement que vous visitez.
« Combien m’offrez-vous pour ces bijoux en or?« . C’est la question, timidement posé, que l’on entend le plus souvent dans l’une des nombreuses boutiques d’achat or.

Deux importantes franchises se partage le marché de l’or sur Marseille. Avec une bague en diamant, et un collier en or, notre équipe a fait un petit tour dans huit de ces établissements pour vérifier combien d’argent est proposé pour le rachat de ces deux bijoux en or 18 carats.

D’emblée les pesés sont plutôt exactes, toutes ayant donné un poids proche du poids de nos échantillon, total 17,3 grammes. Le cours de l’or est celui du prix de la Bourse de Londres, qui situe autour des trente euros le gramme actuellement, avec une tendance à la baisse. La valeur de notre or est de 500 Euros a peu près. Par conséquent, le taux moyen de ces «Rachat d’or» pour l’anneau et le collier est d’environ 250 euros.

Le parcours commence dans le 6 eme arrondissement ou se situe de nombreuses enseignes. Aucunes des 8 enseignes ne semblent s’approcher de notre maximum : « 150 pour les deux pièces sans la pierre« , a ainsi déclaré le premier. Au cours de notre enquête 256 € sera la meilleure proposition. Parmi ces magasins, la meilleure offre nous sera faite par un bijoutier, qui nous a évalué l’ensemble des bijoux.

Notre recommandation pour investir dans l'or et l'argent

Le bijoutier nous a ainsi expliqué que si une pierre précieuse est bien conservée elle peut être utilisée pour la revente, donc les prix vont jusqu’à 30 euros par gramme. La revente de bijoux est donc une option intéressante, après le polissage d’un bijou d’occasion ils le revendent à moitié prix.

L’autre alternative est la fonte de l’or, qui est le destin de la plupart de vos bijoux vendus dans ces magasins d’or.

La hausse du prix de l’or devrait se poursuivre. Est ‘il encore temps d’acheter de l’or ?

Le cours du métal jaune est en hausse depuis le début de l’année. Comment s’expliquer cette nouvelle hausse de l’or en bourse ?
Cette hausse s’inscrit dans une tonique générale de recherche de valeur refuge avec le retour des craintes globales sur le système financier mondial. Les gens cherchent à investir sur l’or, pièces ou lingots, pour protéger leur patrimoine. Depuis une dizaine d’année ont apparus des  facteurs macroéconomiques qui contribuent grandement  à la hausse du cours de l’or sur le long terme. Il existe à l’heure actuelle une tendance inflationniste sur le long terme, compte tenu de la croissance qui est en baisse alors que le chômage est en progression.

Cela devrait se traduire à terme par une baisse des salaires, une chute de l’investissement des entreprises et à terme une politique inflationniste de la banque centrale européenne pour relancer l’économie en permettant aux entreprises de se fiancer a un taux proche de 0. Et l’or est un placement de chois quand l’inflation augmente et que les taux d’intérêt sont bas, rendant alors les placements en actions moins attractifs. Le cours de l’or est en route vers les 1300 dollars l’once, et ce niveau ne sera pas une limite. Cette tendance haussière a commencé en 2001. En général, un tel mouvement dure 20 ans, souligne vente-achat-or.org

Une fiscalité pénalisante

Difficile d’échapper à la lourde fiscalité sur les cessions de pièces d’or. Les intermédiaires appliquent une taxe forfaitaire de 8% sur le montant de la transaction, même dans le cas où le vendeur réalise une moins-value.
Toutefois, il est possible d’opter pour le régime des plus-values sur les biens meubles. La taxation sera alors de 27% de la plus-value réalisée après application d’un abattement de 10% sur le gain par année de détention à partir de la troisième année. Aucun impôt ne sera dû après douze ans. Mais il faut avoir conservé une preuve de la date d’achat. Et il n’est pas toujours possible de profiter de la mesure : seuls les lingots d’au moins un kilo composés d’un minimum de 99,5% d’or fin, les pièces et monnaies frappées après 1800 et ayant servi de moyen de paiement sont concernés.

  • 5
  •