Partager est savoir!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le goût des humains pour l’or ne date pas d’aujourd’hui. Outre les objets que l’on a retrouvés depuis des millénaires dans les grandes civilisations (à commencer par l’Egypte), nous avons des traces de l’utilisation du précieux métal en Europe jusqu’à 4600 ans avant notre ère.

En Irlande aussi, on utilisait l’or, et ce bien avant l’arrivée des premiers Celtes. On a cependant longtemps imaginé que le métal utilisé par les premiers orfèvres de l’île provenait du sud du pays, jusqu’à l’étude que viennent de publier des chercheurs des universités de Southampton et Bristol (Royaume-Uni) parue dans la revue Proceedings of the Prehistoric Society. En analysant une cinquantaine d’objets du musée national d’Irlande, datant du début de l’âge du Bronze (ornements de paniers, disques, colliers…), ils ont pu déterminer la provenance de l’or qui les constitue.

Au temps où les humains travaillaient encore avec des outils de pierre, il y avait une « route de l’or », qui reliait l’Irlande aux Cornouailles, au sud-ouest de l’Angleterre. C’est de là que proviendrait l’or utilisé dans la confection de ces parures datant du chalcolitique et du début de l’âge du Bronze, quelques 2500 ans avant notre ère. Dans le même temps, en Cornouailles, l’or ne circulait pas autant qu’en Irlande. Pour les archéologues, c’est le signe que cet or était plus précieux aux habitants du sud-ouest de l’Angleterre en tant que valeur d’échange contre d’autres biens…

Pourtant, les gisements d’or existaient en Irlande, et étaient aisément accessibles, alors pourquoi aller chercher l’or venant de l’autre côté de la mer ? « Il est peu probable que la connaissance des méthodes d’extraction de l’or n’ait pas existé en Irlande, vu que nous avons constaté une exploitation d’autres métaux à grande échelle, » explique le Dr Chris Standish, auteur principal de l’étude. « Ce qui est plus probable, c’est que l’origine « exotique » de cet or soit chérie comme une propriété clé de cet or, et soit une raison importante de son importation« .

Ce ne serait donc pas l’or en tant que tel qui aurait suscité l’intérêt (voire la convoitise) de ces humains de la préhistoire, mais une sorte de valeur mystique qui lui serait attribuée, et qui dépendrait donc de l’endroit d’où il provenait. « Les résultats de cette étude sont fascinants« , s’émerveille le Dr Alistair Pike, co-auteur de l’étude. « Ils montrent qu’il n’y avait pas une valeur universelle de l’or, au moins jusqu’à ce que les premières pièces d’or ne commencent à apparaître, presque deux mille ans plus tard. Les économies préhistoriques étaient déterminées par des facteurs plus complexes que les échanges de matières premières : les systèmes de croyances ont clairement joué un rôle majeur ». 

Pour les auteurs de l’étude, « dans certaines sociétés, l’or incarnait des pouvoirs surnaturels ou magiques, jouant un rôle majeur dans les systèmes de croyance plutôt que dans l’économie. La valeur et la signification placées dans l’or a pu varier de région en région« . Une valeur suffisante, en Irlande, pour aller chercher de l’or venu d’au-delà de la mer…