•  
  •  
  •  
  •  

Après avoir oscillé durant la majeure partie de la journée dans le rouge, l’indice CAC40 est finalement parvenu à effectuer une incursion dans le vert, terminant sur un gain marginal de 0,2% à 3654,4 points.

Les nouvelles du jour n’étaient pas de nature à favoriser les achats sur le compartiment des actions. Si les membres de l’OPEP se sont sans surprise prononcés en faveur d’un relèvement des quotas de production, la hausse annoncée pour juillet s’est révélée inférieure aux attentes à 2 millions de barils par jour contre un ajustement de 2,3 à 2,5Mls b/j espéré. Le cartel a toutefois indiqué qu’il fournira 500 000 barils supplémentaires à partir du mois d’août afin de tenter de ramener les cours de l’or noir à des niveaux plus raisonnables.

Au regard du rebond opéré par le brent (sur l’IPE) et le WTI (sur le Nymex), la décision de l’OPEP est loin d’avoir apaiser les esprits, l’envolée des prix étant surtout due à une forte demande de la part de la Chine et des États-Unis ainsi qu’aux craintes suscitées par la situation géopolitique au Moyen Orient, l’aspect psychologique ayant semble t’il pris le pas sur les considérations économiques…

Sur le plan monétaire.

la Banque centrale européenne s’est voulue rassurante ce jeudi en soulignant, en marge de l’annonce d’un maintien (anticipé) de ses taux, que les niveaux historiquement élevés des prix du pétrole ne devraient avoir qu’un impact limité sur l’inflation en zone Euro. Elle n’en a pas moins relevé ses estimations en la matière, tant pour l’année en cours (+2,1% au lieu de +1,8%) que pour la suivante (+1,7% au lieu de +1,6%).

Notre recommandation pour investir dans l'or et l'argent

Au niveau macroéconomique, l’effet positif de l’annonce d’une augmentation plus importante que prévue du PMI services en zone Euro (+1,3 pt à 55,8 en mai) a été contrebalancée par le chiffre décevant de l’ISM non manufacturier aux États-Unis sur la même période (-3,2 pts à 65,2). A la veille de la publication des très attendus chiffres mensuels du chômage US, le département du Travail a indiqué cet après midi que le nombre de demandes d’allocation avait décliné la semaine dernière de 6000 à 339 000. Il a par ailleurs révisé en hausse son estimation de la productivité à +3,8% au lieu de +3,5% au T1.  Sur le front des valeurs, les bancaires ont bénéficié d’une rotation sectorielle avec des gains de +1,3% à +1,6% sur Dexia, Credit Agricole, BNP Paribas et Société Générale.

Bon comportement également des valeurs automobiles dans la foulée des bons chiffres de mai aux États-Unis. Renault a ainsi profité des excellentes performances de sa filiale Nissan (+28,4% en mai) pour grimper de 1%. Dans un entretien accordé au Financial Times, Georges Douin, vice pdt des opérations internationales a indiqué que la firme au losange ne sera pas en mesure de réaliser la moitié de ses ventes hors d’Europe Occidentale, comme prévu. Un objectif d’un minimum de 40% est cependant réaliste, contre 25% l’année dernière.
Chez les équipementiers, Michelin a progressé de 0,8%, Valeo +0,4% et Plastic Omnium +0,1%. Faurecia a en revanche cédé 1,4% et sa maison mère Peugeot -0,5%.

  • Pernod Ricard, France Telecom et Accor complètent le tableau des plus fortes hausses avec des scores de +1% à +1,4%.
  • A l’autre extrémité de l’indice de référence, les technologiques ont essuyé des dégagements avec Thomson -1,5%, Alcatel -1,1% et STMicroelectronics -0,3%.
  • Les pharmaceutiques ont été logées à la même enseigne avec un repli de 0,8% sur Aventis (dont l’action sera retirée du CAC40 le 18 juin prochain) et de 0,3% sur Sanofi Synthélabo.

Le laboratoire franco-allemand a annoncé la conclusion d’un accord avec l’américain Abbott, accord portant sur la cession de droits de commercialisation et de production sur le traitement Trandolapril (médicament cardiovasculaire). Aventis percevra un montant de 300 millions de dollars et sera intéressé aux ventes du médicament au travers de royalties que lui reversera Abbott sur les ventes futures du Trandolapril. Sodexho et Bouygues ont de leur côté rétrocédé 1,5% et 1,4% respectivement.

  •  
  •