Partager est savoir!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quelque 12.000 travailleurs d’une mine d’or exploitée par Gold Fields se sont mis en grève, dans le dernier conflit social qui frappe le secteur minier en Afrique du Sud.

La grève a commencé le 29 août, en exigeant le remplacement immédiat de la direction de la section syndicale.

Grèves dans les mines d’or Sud-africaines.

Les grèves illégales se sont répandues dans toute l’industrie minière sud-africaine, après que 44 personnes soient mortes le mois dernier dans des violences associées avec l’arrêt de l’activité à la mine de Lonmin Plc Marikana, dans la province du Nord-Ouest. La police a ouvert le feu, faisant 34 morts parmi les manifestants rassemblés près de la mine.

La réduction de l’aide gouvernementale pour le Syndicat national des mineurs, le plus important syndicat du pays, laisse le champ libre à d’autres syndicats, ce qui conduit à des négociations salariales à rallonge. Les mines KDC, qui employait 26.685 travailleurs l’an dernier, a extrait 1,1 millions d’onces d’or en 2011, soit 31 pour cent de la production minière totale. La mine extrait 1.660 onces d’or par jour.

L’importance de l’or Sud-africain.

La situation politique sud-africaine déstabilise encore plus une économie déjà fragile. Il existe actuellement une nouvelle ruée vers l’or en Afrique du Sud. Les experts prédisent que les investissements étrangers dans le secteur minier à travers le continent vont augmenter de 40% (!) cette année et les 30 plus importantes sociétés minières mondiales ont réalisé des bénéfices records l’an dernier, de près de 133 millions de dollars entre eux.

La nationalisation des ressources en or est une réponse à cette augmentation de l’activité étrangère dans l’extraction de l’or et pourrait aboutir à la nationalisation des industries extractives en Afrique. Cela pourrait entraîner des problèmes d’approvisionnement de l’or Sud-africain sur le marché au cours de l’année à venir.