L’orpaillage en Ariège.

Répandre l'amour.
Reading Time: 5 minutes

Ce département est un des plus célèbres de France pour l’or. Il tire d’ailleurs son nom de la rivière l’Ariège qui le traverse, et dont l’étymologie aurigéra ne fait pas de doute.

Les Celtes et les Romains exploitèrent de nombreuses mines. D’après les témoignages de notre histoire, l’orpaillage s’est pratiqué de tous temps. Les principales rivières aurifères sont : l’Ariège (de Foix à Saverdun ainsi que la plupart des affluents de la rive gauche), I’Arize sur la plus grande partie de son parcours, le Salat de Soueix jusqu’à la Garonne. L’or a été constaté dans la région de Camarès au sud du département. D’autres filons, ont été repérés dans la commune de Montpeyroux. Certains cours d’eau du département sont aurifères : le Viaur, la Truyère. Dans la vallée de la Truyère on peut noter la présence de plusieurs lieux dits « aurifères ». Mines d’argent aurifère exploitées autrefois à Orzals, au Minier, à Montjaux, au Trépadou, à Mur-de-Barez, et à Villefranche.

Rivières aurifères et pepites d’or en Ariège.

Un grand nombre de ruisseaux sont réputés aurifères, mais attention dans le département de l’Ariège certain cours d’eau sont interdits à toutes prospection par un arrêté « bio top » renseignez-vous auprès de la préfecture à Foix. Les sables de l’Ariège ont été intensivement exploités ainsi que ceux de la Haute-Garonne, probablement dès l’époque gallo-romaine jusqu’à la fin du XVIII ème siècle. Les derniers orpailleurs ont cessé leur activité probablement vers 1812 à 1870, et a reprise avec l’arrivé de Jean-Claude Le Faucheur en 1974.

La pratique de l’orpaillage de loisir est soumise à une stricte réglementation établie par les autorités. Selon un arrêté préfectoral en Ariège, toute personne souhaitant s’adonner à cette activité doit préalablement faire une demande à la direction départementale des territoires de l’Ariège. De plus, le nombre de personnes autorisées à intervenir simultanément sur le cours d’eau est limité à un maximum de cinq individus à un point précis.

Conformément à la loi, seul le tronçon de la rivière Salat à partir de sa confluence avec le Lez (situé à la limite du département, près de la commune de Saint-Girons) est autorisé pour cette pratique. Des dérogations ne sont envisageables que dans le cadre de projets scientifiques, touristiques ou pédagogiques, sur demande spécifique. De plus, le type de matériel autorisé est restreint, excluant notamment les dragues mécaniques, les engins motorisés et les pioches, afin de prévenir tout impact néfaste sur l’environnement.

Les deux rivières principales sont  » l’Ariège » de Crampagnac à Saverdun et le « Salat » de Seix à Soueix et de Saint-Girons à l’embouchure de la Garonne. A ces endroits, les affluents de la rive gauche de l’Ariège et ceux de la rive droite du salat sont presque tous aurifères.

L’orpaillage sur les berges de l’Ariège avait lieu surtout entre Crampagna et Saverdun ainsi que le signalait déjà Dietrich. Les rives les plus travaillées étaient dans les environs des communes de Bénagues, Rieux, Varillhes et Pamiers.

Trouver de l’or en Ariège dans les Ruisseaux.

Les ruisseaux qui se jettent dans l’Ariège et qui érodent les dépôts tertiaires sont eux-mêmes aurifères, les ruisseaux de Ferries, la Grosse Milly, la Rigue, le Trébout, les ruisseaux de Bénagues, l’Artix, l’Estrique, de Rieux, de peyreblanque, certains ne sont même pas des ruisseaux mais de simples rigoles.

D’autres petites rivières ont été orpaillées, l’Arize a été orpaillée aux environs de Durban, le tariol, le Pitrou et la Béouze près de la Bastide de Sérou, le Volp, le ruisseau de Loubens,  l’Artillac, l’Ordas à Durban, et le ruisseau descendant de Ségalas à Ordas, le Saint-Martin,de Mazères,de tarol, Scoutex, l’Arize,dans la région de Durban,de taliol, de Pitrou, à l’est de la Bastide, la Rigue, dePailhès, la Goutte, Barrin, Peyreblanque, la Carmille, Dalou, la Lèze aux alentours du village de Paillhes, le ruisseau proche de Monesple, le vicdessos et ses affluents ont quelques paillettes, la Bouigane, le Boatès, l’Arac, le Nert, l’Oriège si vous avez de la chance.

Guide pour la Demande d’Autorisation d’Orpaillage de Loisir en Ariège

Coordonnées pour la Demande :
Adresse : 10 rue des Salenques – BP 10102 – 09007 FOIX CEDEX
Téléphone : 05 61 02 47 00 / Email : [email protected]
Site Internet : www.ariege.gouv.fr

I. Orpaillage Individuel :

  1. Les accompagnants sans équipement peuvent utiliser celui du demandeur.
  2. Maximum de cinq personnes simultanément sur un point spécifique (environ 50 mètres linéaires).

II. Demande Collective (Associations) :

  1. Déposer une demande collective pour tous les stagiaires identifiés (maximum 15 personnes).
  2. Pour les sites Natura 2000, inclure le formulaire évaluant l’impact de l’orpaillage dans la déclaration.
  3. Les stages à but lucratif sur le domaine public fluvial sont interdits.

III. Périmètre de l’Autorisation :

  1. Autorisé uniquement sur la rivière Salat, de la confluence avec le Lez à Saint-Girons.
  2. Dérogations possibles pour des motifs scientifiques, touristiques ou pédagogiques, avec des restrictions sur les équipements.

IV. Procédure de Demande :

  1. Dépôt dématérialisé sur https://www.demarches-simplifiees.fr/commencer/ariege-orpaillage-de-loisir, au moins 15 jours avant la date souhaitée.
  2. Préciser lieu, durée, et équipements utilisés.

V. Obligations après Autorisation :

  1. Bilan dématérialisé dans les 15 jours suivant l’opération.
  2. Déclaration des découvertes archéologiques à la DRAC.

VI. Période d’Autorisation :

  1. Du 1er mai au 31 octobre.
  2. Suspension possible en cas de restrictions temporaires d’eau.
  3. Activité autorisée seulement du lever au coucher du soleil.

VII. Matériels Interdits :
Dont dragues mécaniques, détecteurs de métaux, substances chimiques, etc.

VIII. Sécurité :

  1. Analyse météo et hydrologique préalable.
  2. Avertissement des risques liés aux montées des eaux.
  3. Responsabilité individuelle en cas d’incident.

IX. Contrôle et Sanctions :

  1. Contrôles par services de la police de l’eau et autres.
  2. Sanctions en cas d’infraction, incluant des amendes.

X. Affichage et Publication :

  1. Publication au recueil des actes administratifs et sur le site internet des services de l’État.
  2. Information à la mairie de chaque commune concernée.
  3. Consultation possible en mairie pendant un an.

XI. Voies et Délais de Recours :

  1. Recours contentieux devant le tribunal administratif de Toulouse.
  2. Recours gracieux et hiérarchique dans un délai de deux mois.

XII. Abrogation et Exécution :

  1. Abrogation de l’arrêté du 10 juillet 2020.
  2. Chargés de l’exécution : secrétaire général de la préfecture, directeur départemental des Territoires, maires, gendarmerie, sécurité publique, Office français de la biodiversité.

Le Salat a été aussi intensivement orpaillé dans le bassin de Seix à Soueix, après les trouvailles sont plus fortuites et de nouveau de Saint-girons à Lacave les dépots deviennent plus riches, Lacave marque la fin du département de l’Ariège mais le Salat continue à être aurifère jusqu’à l’embouchure de la Garonne.

Avant de chercher de l’or dans les rivières d’Ariège…

L’orpaillage selon l’Article 7 du Code Minier (simple recherche) (1) est soumis à déclaration, pour toute recherche, il vous faut faire une déclaration auprès de la Préfecture ou DDE du département où vous voulez chercher de l’or, donnant les dates, le lieu, et le matériel que vous voulez utiliser. Pour les amateurs toute utilisation d’engin mécanique est interdite.

  • Simple Recherche : orpaillage avec pelle, pan, batée, seau, tamis, pompe manuelle, grattoirs, pied de biche inférieurs à 50 cm, sluice léger.
  • Préfectures : 2, rue de la Préfecture 09000 FOIX Tel :06-61-02-74-82

2 réponses à “L’orpaillage en Ariège.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. b

    Dans le département de l’Ariège, la permission d’effectuer des activités d’orpaillage est accordée uniquement pendant la période allant du 1er mai au 31 octobre, du lever au coucher du soleil. Cette autorisation peut être révoquée si les restrictions liées à l’utilisation de l’eau sont imposées, notamment en période de sécheresse.
    Quant à la zone autorisée, elle est strictement délimitée. L’orpaillage récréatif est uniquement autorisé le long de la rivière Salat, depuis sa confluence avec le Lez (à St-Girons) jusqu’à la limite du département (à la Bastide du Salat). Il est important de noter que bien que l’autorisation délivrée par la Direction Départementale des Territoires (DDT) soit une autorisation temporaire d’occupation du domaine public sur le tronçon « domanial » du Salat (de la digue de Roquelaure à Taurignan-Castet jusqu’au pont de Lacave), tout individu souhaitant exercer des activités sur le Salat en dehors de cette zone domaniale devra également obtenir l’approbation des propriétaires riverains.

  2. Lep

    Deux chercheurs d’or originaires de Toulouse ont fondé l’association Goldline Orpaillage, dédiée à répertorier les cours d’eau aurifères en France et à encourager une approche responsable de cette activité de loisir.
    https://actu.fr/societe/voici-zones-france-trouver-lor-les-endroits-la-recherche-est-interdite_31138282.html

  1. Dans le département de l’Ariège, la permission d’effectuer des activités d’orpaillage est accordée uniquement pendant la période allant du 1er…

  2. Deux chercheurs d’or originaires de Toulouse ont fondé l’association Goldline Orpaillage, dédiée à répertorier les cours d’eau aurifères en France…

© 2024. Made with Twentig.