L’inflation pointe le bout de son nez, l’or est reparti à la hausse.


Optimisme, complaisance, confiance ? La sérénité que les investisseurs et les analystes ont trouvée ces dernières semaines sur le marché des matières premières est, pour le moins, ostensible. La hausse du cours des matières premières est plus que perceptible si l’on en juge par les performances du Bloomberg Commodity Index, l’indice diversifié des matières premières du fournisseur de données, qui a enregistré de nouveaux sommets à plusieurs reprises au cours des dernières sessions. En effet, l’indice atteint ces dernières semaines des niveaux jamais vus depuis 2015.

Et ce, malgré le fait que toutes les matières premières ne se négocient pas à des niveaux historiquement élevés. Et s’il est vrai que le baril de pétrole brut, de nombreux métaux comme le cuivre atteignent les sommets de ces dernières années, il est également vrai que le prix d’autres matières premères, comme l’or, semble stagner.

En effet, l’once d’or se négocie toujours en dessous – mais à seulement 1% – du prix auquel il se négociait en début d’année, soit 1 895 dollars l’once. Or, cette dynamique haussière dont les matières premières en général ont fait preuve ces dernières semaines soutient le métal pour récupérer les pertes annuelles qu’il avait accumulées en 2021, qui atteignaient environ 11,5%.

L’or a enregistré une progression de plus de 10 % depuis le creux de mars sur le marché des matières premières. L’or semble retrouver son rôle de valeur refuge en se positionnant comme l’une des meilleures options de couverture contre la menace de remontée de l’inflation

Nous assisterons à un rebond des prix de l’or en raison de la crainte du retour de l’inflation.

C’est précisément cette crainte (le rebond de l’inflation, ainsi que la faiblesse du dollar) qui, selon les experts, explique la progression de l’or ces derniers mois et qui le place en position d’enregistrer sa troisième année consécutive de gains et sa cinquième année positive sur les six dernières.

Le lingot d’or est devenu au siècle dernier une valeur sûre pour les investisseurs, qui ont vu son prix réévalué dans 15 des 21 années depuis 2000, c’est-à-dire dans 70% des cas (pour autant que cette année retrouve les niveaux auxquels janvier a commencé, les 1 895 dollars susmentionnés).

Il est prêt à ajouter sa troisième année consécutive de hausse et sa cinquième année en positif depuis 2016. Selon JPMorgan Chase, ce type d’investisseurs semble s’éloigner des crypto-monnaies comme le bitcoin et revenir à l’or traditionnel, inversant la tendance des deux trimestres précédents.

L’équipe de la société américaine estime que les investisseurs institutionnels pourraient fuir le bitcoin, car les fortes hausses enregistrées au cours des deux derniers trimestres touchent à leur fin. Ils recherchent donc la stabilité de l’or traditionnel, loin de l’évolution rapide vers le bas de la monnaie numérique..

Toutefois, malgré les bonnes nouvelles de ces dernières semaines, seuls six analystes voient encore une hausse de l’or dans les mois à venir. D’ici à la fin de l’année, la plupart des prévisions du consensus du marché de Bloomberg suggèrent qu’il restera stable à ses niveaux actuels.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.