Partager est savoir!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La 1ère République (1792-1799).

Depuis la chute de la monarchie (10 août 1792), l’avènement de la République (20 septembre 1792) et la mort de Louis XVI (21 janvier 1793), la Convention avait voulu ausii manifester le changement de régime sur les monnaies. Le premier type républicain fut une simple couronne de feuilles de chêne accompagnant la mention « République française » (5 février 1793), alors que sur l’autre face, le type du Génie était conservé (monnaies d’or de 24 livres et d’argent de 6 livres en 1793).
Le décret de la Convention du 8 octobre 1793 posait le principe d’un monnayage républicain d’or et d’argent au titre de 900/1000e, la républicaine (argent) et le franc d’or, devant peser 10 g pour une unité à nommer mais qui pèserait un centième du grave (= kilo) d’argent ou d’or. Ce texte resta à court terme sans effet au vu de la situation financière et monétaire du pays. Augustin Dupré, médailleur attitré du nouveau régime, imposa ses projets avec l’appui influent du peintre David.

Le Consulat et le premier Empire

Le retour d’un pouvoir personnel sous le Consulat et le premier Empire entraîna naturellement le retour de l’effigie du « monarque » comme type monétaire principal. L’article 16 de la loi du 17 germinal an XI indiquait les types de la nouvelle monnaie : au droit, l’effigie de Bonaparte, la légende « Bonaparte Premier consul ». Un nouveau graveur général était nommé, Pierre-Joseph Tiolier, en place jusqu’en 1816. Après un concours pour choisir les gravures des monnaies d’or et d’argent, Droz l’emporta pour l’or, mais en attendant que leurs poinçons et coins fussent prêts, Tiolier utilisa sa propre gravure de l’effigie du consul. Un décret du 17 messidor an XII remplaça la titulature consulaire par l’impériale en laissant « République française » au revers. Les nouvelles empreintes furent enfin utilisées en l’an XIII. À partir de 1806, les monnaies impériales retrouvèrent un millésime traditionnel. En 1807 l’effigie de l’empereur dut porter une couronne de laurier et en 1809, la légende « République française » fut remplacée par « Empire français ».

La Restauration et la monarchie de Juillet

Attention, ces pièces sont falsifiés et parfois vendues comme des vrais. En photo, un faux Napoléon tête laurée.

Les rois de la Restauration et de la monarchie de Juillet ne dérogèrent pas à la règle, si ce n’est que les monnaies de Louis-Philippe prirent en compte le significatif changement de titulature, le roi de France devenant le roi des Français.
Durant la première Restauration (1814) ne furent effectivement frappées que des pièces de 20 francs et 5 francs, portant au droit un buste de Louis XVIII par Tiolier et au revers les armoiries royales à trois fleurs de lis. L’inscription de la tranche « Dieu protège la France » qu’on avait toujours conservée depuis 1789 fut remplacée par Domine salvum fac regem « Seigneur, protège le roi« .
La révolution des 27, 28 et 29 juillet 1830 et l’avènement de Louis-Philippe d’Orléans changeaient forcément les types monétaires. Tiolier fils grava provisoirement une effigie à la tête nue comme celle des deux rois précédents. Le graveur Domard fut primé au terme d’un nouveau concours. Le roi des Français portait une couronne de feuilles de chêne

La « coq Marianne ». Les versions de 10 et 20 francs sont cotés tous les jours par Cpor.

Peut-être en liaison avec les circonstances douloureuses et chaotiques de sa naissance, peut-être par volonté de s’inscrire dans la tradition républicaine, le nouveau régime fit réutiliser les empreintes d’Augustin Dupré et d’Oudiné.
Enfin stabilisée politiquement, la République put exister personnellement dans ses propres types monétaires. En 1895, le ministre des Finances Paul Doumer, graveur lui-même, fit appel à trois artistes, Chaplain, Roty et Daniel-Dupuis pour créer les types des monnaies d’or, argent et bronze sans contrainte, en toute liberté de choix de sujet.
Le seul élément commun fut le bonnet phrygien. Chaplain et Daniel-Dupuis proposaient un buste féminin moderne, Marianne, resté très sévère chez le premier. Roty présenta la première République en pied, la semeuse. Les trois font passer la représentation du symbole de l’idéal, le mythe à plus de réalité, de naturalisme : la divinité laissait la place à  Marianne, notamment celle de Daniel-Dupuy, douce et souriante. Le rayonnement de la France républicaine ne se représente plus par une étoile, mais par une jeune femme semant au vent le bon grain sur un fond irradié par le soleil. Pour la pièce de 20 francs or Coq (La seule des 20 francs or actuellement cotée en bourse), successeur du louis et du napoléon, marque populaire de la fortune, Chaplain choisit le coq. Il apparaissait déjà comme élément secondaire de type sur les monnaies de la monarchie constitutionnelle (1791-1792) avec le Génie de la France, et sur celles de Louis-Philippe. Le coq à l’allure énergique voire martiale symbolisait pour les uns la vigilance et le courage, pour les autres la nation française, le mot latin gallus ayant depuis la Renaissance latinisante donné lieu à un jeu de mot à cause de sa double signification, « Gaulois » et « coq ».

Dans le tableau ci-dessous sont repris les différends type de 20 Francs or, avec leur tirage (nombre de pièces fabriquées)

Consulat 1799-1804

20 Francs Or Bonaparte premier consul.

20 Francs Or Bonaparte premier consul

  • Graveur : Pierre Joseph Tiolier
  • Frappée entre AN XI et AN 12
  • 21 mm – 6.45 g – Or 900 °/oo. 21 mm.
  • Tranche en creux DIEU PROTÈGE LA FRANCE
  • Il y a eu plus d’ 1 million de pièces émises
  • Indice de rareté R2
  • Les indices de rareté  R0 : Très courant / R1 : Courant / R2 : Peu courant R3 : Rare / R4 : Très rare / R5 : Rarissime
An XIA
58 262
An 12A
988 244

Premier Empire 1804-1814

20 Francs Or Napoléon Empereur.

  • Graveur : Pierre Joseph Tiolier
  • Frappée en AN 12
  • 21 mm – 6.45 g – Or 900 °/oo. 21 mm.
  • Tranche en creux DIEU PROTÈGE LA FRANCE
  • Plus de 400 000 mille pièces émises
An 12A
428 143

20 Francs Or Napoléon Ier tête nue

  • Graveur : Jean-Pierre Droz
  • Année: Frappée entre AN 13 et AN 14
  • Poids et finesse : 21 mm – 6.45 g – Or 900 °/oo
  • Tranche en creux DIEU PROTÈGE LA FRANCE
  • Il y a eu plus de 600 000 mille pièces émises. Pièces de l’AN 13 et l’AN 14( lettre d’atelier A ) Indice de rareté R2  Pièces de l’AN 13 et l’AN 14 ( lettre d’atelier I – Q – T – U – W ) Indice de rareté R4
  • Les indices de rareté  R0 : Très courant / R1 : Courant / R2 : Peu courant R3 : Rare / R4 : Très rare / R5 : Rarissime
An 13A
518 871
An 13I
315
An 13Q
522
An 13T
918
An 14A
148 308
An 14I
1 646
An 14Q
2 710
An 14U
1 755
An 14W
<<

20 Francs Or Napoléon Ier tête nue Calendrier grégorien.

  • Graveur : Jean-Pierre Droz
  • Année:  Frappée en 1806
  • 21 mm – 6.45 g – Or 900 °/oo. 21 mm.
  • Tranche en creux DIEU PROTÈGE LA FRANCE
  • Il y a eu un peu moins d’1 million de pièces émises, Indice de rareté R2
  • Les indices de rareté R0 : Très courant / R1 : Courant / R2 : Peu courant R3 : Rare / R4 : Très rare / R5 : Rarissime
1806A
963 896
1806I
8 143
1806Q
3 973
1806U
17 278
1806W
4 242

Rq. : Variété 1807A, 1807M, 1807U et 1807W avec tête plus grosse

20 Francs Or Revers RÉPUBLIQUE.

  • Graveur : Jean-Pierre Droz
  • Année:  Frappée en 1807 et 1808.
  • 21 mm – 6.45 g – Or 900 °/oo. 21 mm.
  • Tranche en creux DIEU PROTÈGE LA FRANCE
  • Il y a eu un peu moins de 600 000 pièces émises, Indice de rareté R2
  • Les indices de rareté R0 : Très courant / R1 : Courant / R2 : Peu courant R3 : Rare / R4 : Très rare / R5 : Rarissime
  • 1807A, 1808A, 1808K, 1808M, 1808Q, 1808U, 1808W
1807A
244 476
1808A
1 449 781
1808K
281
1808M
22 273
1808Q
646
1808U
1505
1808W
8 489

20 Francs Or Revers EMPIRE

  • Graveur : Jean-Pierre Droz
  • Année:  Frappée entre 1809 et 1814
  • 21 mm – 6.45 g – Or 900 °/oo. 21 mm.
  • Tranche en creux DIEU PROTÈGE LA FRANCE
  • Il y a eu un peu moins de 15 millions de pièces émises, Indice de rareté R1
  • Les indices de rareté R0 : Très courant / R1 : Courant / R2 : Peu courant R3 : Rare / R4 : Très rare / R5 : Rarissime
1809A
688 252
1809H
501
1809K
3 614
1809L
2 383
1809M
5 007
1809U
3 400
1809W
16 953
1810A
1 936 194
1810H
2 454
1810K
15 317
1810M
1 983
1810Q
2 343
1810U
5 891
1810W
222 620
1811A
3 705 489
1811H
1 278
1811K
10 917
1811M
4 971
1811U
20 268
1811W
327 670
1812A
3 072 365
1812K
2 650
1812L
17 941
1812M
6 498
1812Q
5 470
1812R
13 693
1812U
7 339
1812W
345 842
1813A
2 798 409
1813CL
4 380
1813K
869
1813L
19 147
1813Q
13 165
1813R
5 532
1813U
925
1813W
104 444
1813 Utrecht
90 183
1814A
327 603
1814CL
887
1814Q
3 289
1814W
15 581

Période des 100 jours (20 mars-22 juin 1815)

20 Francs Or Napoléon I.

  • Or 900 °/oo. 21 mm. Tranche en creux = « DIEU PROTÈGE LA FRANCE ».
  • Graveur : Tiolier
1815A
435 981
1815L
18 332
1815W
9 369

Louis XVIII : Première restauration (1814-1815)

 

20 Francs Or buste habillé.

  • Graveur : Pierre Joseph Tiolier
  • Année:  Frappée entre 1814 et 1815
  • 21 mm – 6.45 g – Or 900 °/oo. 21 mm.
  • Tranche en creux = « DOMINE SALVUM FAC REGEM ».
  • Il y a eu un peu moins de 6 millions de pièces émises, Indice de rareté R1
  • Les indices de rareté R0 : Très courant / R1 : Courant / R2 : Peu courant R3 : Rare / R4 : Très rare / R5 : Rarissime
1814A
2 683 837
1814K
62 680
1814L
45 003
1814Q
28 632
1814W
59 724
1815A
2 467 038
1815B
23 054
1815K
34 508
1815L
54 702
1815Q
46 999
1815W
137 802

Exil de Louis XVIII, 1815

 

20 Francs Or buste habillé.

  • Or 900 °/oo. 21 mm.
  • Tranche en creux = « DOMINE SALVUM FAC REGEM ».
  • Graveur : T.Wyon Jr.
  • Il y a eu un peu moins de 1 million de pièces émises, Indice de rareté R2
  • Les indices de rareté R0 : Très courant / R1 : Courant / R2 : Peu courant R3 : Rare / R4 : Très rare / R5 : Rarissime
1815R (Londres)
871 581

Second gouvernement royal de Louis XVIII, 1816-1824

20 Francs Or buste nu

  • Graveur : Auguste François Michaut
  • Année:  Frappée entre 1816 et 1824
  • 21 mm – 6.45 g – Or 900 °/oo. 21 mm.
  • Tranche en creux = « DOMINE SALVUM FAC REGEM ».
  • Il y a eu un peu moins de 13 millions millions de pièces émises, Indice de rareté R0
  • Les indices de rareté R0 : Très courant / R1 : Courant / R2 : Peu courant R3 : Rare / R4 : Très rare / R5 : Rarissime
1816A
167 921
1816L
853
1816Q
8 244
1816W
4 295
1817A
2 135 147
1817K
4 803
1817L
36 180
1817Q
97 232
1817W
155 520
1818A
2 680 950
1818L
5 394
1818Q
25 123
1818T
16 108
1818W
1 315 276
1819A
2 350 206
1819Q
33 838
1819T
8 734
1819W
218 535
1820A
1 317 461
1820Q
60 453
1820T
54 702
1820W
46 999
1821A
11 761
1821W
8 446
1822A
212 733
1822H
1 253
1822W
19 951
1823A
12 432
1823W
7 655
1824A
1 509 784
1824MA
2 001
1824Q
11 950
1824W
253 283

Rq. : Variété sans tête de cheval (1820A : 2 500, 1824A : 2 500)

Charles X, 1824-1830

20 Francs Or CHARLES X

  • Graveur : Auguste François Michaut
  • Année:  Frappée entre 1824 et 1830
  • 21 mm – 6.45 g – Or 900 °/oo. 21 mm.
  • Tranche en creux = « DOMINE SALVUM FAC REGEM ».
  • Il y a eu un peu moins de 1.7 million de pièces émises, Indice de rareté R1
  • Les indices de rareté R0 : Très courant / R1 : Courant / R2 : Peu courant R3 : Rare / R4 : Très rare / R5 : Rarissime
1824A
<<
1825A
664 472
1825W
62 333
1826A
35 143
1826Q
4 574
1826W
6 436
1827A
154 404
1827W
3 431
1828A
278 872
1828T
3 175
1828W
15 212
1829A
7 783
1829W
5 946
1830A
431 495
1830W
15 022

Rq. : Variété tranche en relief 1830A (<<) et tranche striée 1830A (<<)

Louis-Philippe I, 1830-1848

20 Francs Or tête nue

  • Graveur : Nicolas Pierre Tiolier
  • Année:  Frappée entre 1830 et 1831
  • 21 mm – 6.45 g – Or 900 °/oo. 21 mm.
  • Tranche en creux = « DIEU PROTÈGE LA FRANCE ».
  • Il y a eu un peu moins de 2.3 millions de pièces émises, Indice de rareté R1
  • Les indices de rareté R0 : Très courant / R1 : Courant / R2 : Peu courant R3 : Rare / R4 : Très rare / R5 : Rarissime
  • Tranche en relief DIEU PROTÈGE LA FRANCE millésime 1830A, 1831A, 1831B, 1831W
1830A
18 391
1831A
2 161 841
1831B
88 286
1831W
106 816

Rq. : Variété tranche en relief 1830A, 1831A, 1831B, 1831T, 1831W

20 Francs Or tête laurée

  • Graveur : Joseph François Domard
  • Année:  Frappée entre 1832 et 1848
  • 21 mm – 6.45 g – Or 900 °/oo. 21 mm.
  • Tranche en creux = « DIEU PROTÈGE LA FRANCE ».
  • Il y a eu un peu moins de 2.3 millions de pièces émises, Indice de rareté R0
  • Les indices de rareté R0 : Très courant / R1 : Courant / R2 : Peu courant R3 : Rare / R4 : Très rare / R5 : Rarissime
1832A
6 360
1832B
14 976
1832T
868
1832W
27 229
1833A
207 224
1833B
155 371
1833W
31 712
1834A
744 167
1834B
77 226
1834L
20 645
1834W
41 306
1835A
96 706
1835B
25 908
1835L
293
1835W
30 020
1836A
139 013
1836W
10 363
1837A
34 376
1837W
10 513
1838A
172 595
1838W
12 358
1839A
1 011 622
1839W
21 832
1840A
2 045 362
1840W
4 550
1841A
610 229
1841W
8 524
1842A
70 942
1842W
21 694
1843A
105 867
1843W
35 463
1844A
102 753
1844W
34 360
1845A
939
1845W
5 018
1846A
102 913
1846W
1 408
1847A
385 301
1848A
441 796

Deuxième République : 1848-1852

    20 Francs Or Génie. Graveur :  Augustin Dupré
    Année:  Frappée entre 1848 et 1849
    21 mm – 6.45 g – Or 900 °/oo. 21 mm.
    Tranche en creux = « DIEU PROTÈGE LA FRANCE ».
    Il y a eu un peu moins de 3 millions de pièces émises, Indice de rareté R0
    Les indices de rareté R0 : Très courant / R1 : Courant / R2 : Peu courant R3 : Rare / R4 : Très rare / R5 : Rarissime

    1848A
    1 543 091
    1849A
    1 302 970

    20 Francs Or Cérès

    • Graveur : Louis Merley
    • Année:  Frappée entre 1849 et 1851
    • 21 mm – 6.45 g – Or 900 °/oo. 21 mm.
    • Tranche en creux = « DIEU PROTÈGE LA FRANCE ».
    • Il y a eu un peu moins de 17 millions de pièces émises, Indice de rareté R0
    • Les indices de rareté R0 : Très courant / R1 : Courant / R2 : Peu courant R3 : Rare / R4 : Très rare / R5 : Rarissime
    1849A
    52 508
    1850A
    3 963 594
    1851A
    12 704 251

    20 Francs Or Louis-Napoléon Bonaparte.

    • Graveur : Jean-Jacques Barre
    • Année:  Frappée en 1852
    • 21 mm – 6.45 g – Or 900 °/oo. 21 mm.
    • Tranche en creux = « DIEU PROTÈGE LA FRANCE ».
    • Il y a eu un peu moins de 10 millions de pièces émises, Indice de rareté R0
    • Les indices de rareté R0 : Très courant / R1 : Courant / R2 : Peu courant R3 : Rare / R4 : Très rare / R5 : Rarissime
    1852A
    10 493 758

    Second Empire : 1852-1871

    20 Francs Or Napoléon III tête nue

    • Graveur : Jean-Jacques Barre
    • Année:  Frappée entre 1853 et 1860
    • 21 mm – 6.45 g – Or 900 °/oo. 21 mm.
    • Tranche en creux = « DIEU PROTÈGE LA FRANCE ».
    • Il y a eu un peu moins de 146 millions de pièces émises, Indice de rareté R0
    • Les indices de rareté R0 : Très courant / R1 : Courant / R2 : Peu courant R3 : Rare / R4 : Très rare / R5 : Rarissime
    1853A
    5 729 471
    1854A
    23 485 957
    1855A
    16 595 397
    1855BB
    1 759 701
    1855D
    363 017
    1856A
    17 302 537
    1856BB
    1 125 030
    1857A
    19 193 214
    1858A
    16 860 982
    1858BB
    2 016 653
    1859A
    20 295 429
    1859BB
    5 870 646
    1860A
    10 219 917
    1860BB
    5 726 718

    Rq. : Variété 1855A (tête de chien <<, ancre 16 595 397)

    20 Francs Or Napoléon III tête laurée.

    • Graveur : Jean-Jacques Barre
    • Année:  Frappée entre 1853 et 1860
    • 21 mm – 6.45 g – Or 900 °/oo. 21 mm.
    • Tranche en creux = « DIEU PROTÈGE LA FRANCE ».
    • Il y a eu un peu moins de 146 millions de pièces émises, Indice de rareté R0
    • Les indices de rareté R0 : Très courant / R1 : Courant / R2 : Peu courant R3 : Rare / R4 : Très rare / R5 : Rarissime
    1861E
    <<
    1861A
    2 607 054
    1861BB
    1 423 199
    1862E
    <<
    1862A
    4 825 915
    1862BB
    2 906 518
    1863A
    3 920 226
    1863BB
    3 752 567
    1864A
    7 058 905
    1864BB
    3 323 192
    1865A 2 951 440
    1865BB 3 088 418
    1866A 6 991 671
    1866BB 6 987 507
    1867A 2 923 024
    1867BB 4 516 490
    1868E
    <<
    1868A
    9 281 061
    1868BB 4 829 066
    1869A 4 046 294
    1869BB 7 316 553
    1870A 864 873
    1870BB 1 852 567

    Troisième République : 1871-1940

     

    20 Francs Or Génie III République.

    • Graveur : Augustin Dupré
    • Année:  Frappée entre 1871 et 1898
    • 21 mm – 6.45 g – Or 900 °/oo. 21 mm.
    • Tranche en creux = « DIEU PROTÈGE LA FRANCE ».
    • Il y a eu un peu moins de 86 millions de pièces émises, Indice de rareté R0
    • Les indices de rareté R0 : Très courant / R1 : Courant / R2 : Peu courant R3 : Rare / R4 : Très rare / R5 : Rarissime
    1871A
    2 508 494
    1874A
    1 215 985
    1875A
    11 745 600
    1876A
    8 824 658
    1877A
    12 759 057
    1878A
    9 188 600
    1879A
    1 037 522
    1886A
    984 875
    1887A
    1 231 487
    1888A
    27 707
    1889A
    873 090
    1890A
    1 030 140
    1891A
    871 101
    1892A
    225 706
    1893A
    2 517 168
    1894A
    490 838
    1895A
    5 293 347
    1896A
    5 330 407
    1897A
    11 068 977
    1898A
    8 866 327

    20 Francs Or Marianne

    • Graveur : Jules-Clément Chaplain
    • 21 mm – 6.45 g – Or
    • Frappée entre 1899 et 1906
      Tranche en relief DIEU PROTÈGE LA FRANCE
      Il y a eu environ 43 millions de pièces émises
    • Frappée entre 1907 et 1914
      Tranche en relief LIBERTÉ ÉGALITÉ FRATERNITÉ
      Il y a eu environ 74 millions de pièces émises
    • Il y a eu un peu moins de 120 millions de pièces émises, Indice de rareté R0
    • Les indices de rareté R0 : Très courant / R1 : Courant / R2 : Peu courant R3 : Rare / R4 : Très rare / R5 : Rarissime
    1898
    <<
    1899
    1 500 00
    1900
    615 425
    1901
    2 643 350
    1902
    2 393 707
    1903
    4 405 175
    1904
    7 705 674
    1905
    9 158 132
    1906
    14 613 010

    Rq. : Variété tranche en relief 1907, 1908, 1909, 1910, 1911, 1912, 1913, 1914

    Pourquoi acheter des Napoléons?

    Tous les Napoléons ont le même diamètre ,21 mm, et le même titre : 900/1000. Le poids, 6.452 grammes sera toujours le même également.
    La production de Napoléons, du XIXème au XXème siècle a été importante. C’est 553 millions de pièces de 20 francs qui furent fabriquées, soit un peu plus de 2800 tonnes d’or pur. C’est la pièce d’or la plus échangée en France. Quasiment tout le monde connaît le Napoléon, et beaucoup moins le 20 dollar US, par exemple. L’engouement est  décuplé lors des crises, et actuellement il y a de moins en moins de Napoléon or disponible à la vente. Dans les années 80,  la prime sur les Napoléons était proche des 100%, c’est à dire qu’un Napoléon valait le double que son poids d’or.