L’or a baisse  mercredi après que les tensions en Asie se soient apaisées à la suite des commentaires rassurants du président américain Donald Trump. Cela a aidé les investisseurs à rechercher des actifs plus risqués. Trump a déclaré que les États-Unis n’avaient pas nécessairement l’intention de répondre militairement aux attaques iraniennes contre des bases militaires hébergeant des troupes américaines en Irak. Il a déclaré qu’aucun Américain n’avait été blessé lors des frappes.

Les prix de l’or baissent de 1% alors que Trump semble donc renoncer à la guerre avec l’Iran

Les prix de l’or ont fortement réagis, chutant fortement, mercredi après avoir brièvement dépassé 1600 dollars l’once après un discours en fin de matinée du président Donald Trump, semblant apaiser les craintes d’une escalade des tensions entre les États-Unis et l’Iran. L’or de février sur Comex était en baisse de 12,80 $, ou moins de 0,8%, à 1560,40 $ l’once, mais avait atteint un creux mercredi à 1553,90 $, après le discours de Trump, après avoir atteint un sommet intrajournalier à 1613,30 $. Les prix du contrat le plus actif à ce niveau étaient proches de leurs niveaux les plus élevés depuis 2013.

(Re)découvrez la monnaie de 10 florins or.

Nous parlions hier des basses primes sur le Vrenili, parlons aujourd’hui d’une autre monnaie en or. Le Royaume des Pays-Bas a toujours produit des pièces de haute qualité. Pendant leur « âge d’or » dans l’histoire néerlandaise, les Pays-Bas sont devenus une puissance mondiale et la circulation des pièces d’or néerlandaises est devenue répandue dans le monde entier. Le 10 Gulden est un bel exemple de frappe de pièces d’or au 20e siècle. retrouvez ici la valeur de la pièce de 10 Florins Hollandais . Sa prime actuelle est particulièrement basse, profitez en! Spécification Poids fin: 6,0561 g Poids brut: 6,7290g Finesse: 900,0

Notre recommandation pour investir dans l'or et l'argent

Cours d’aujourd’hui de la 10 Gulden en Euros et francs Suisse.

Les bourses de nouveau contrariées.

Les deux premières séance de la semaine sont caractérisées à Paris et en Europe par des tentatives de rebond relativement timides puisque les gain initiaux ne résistent pas à la déception entrainée par les hésitations de Wall Street.
Ceci se traduit par une prudente contraction des volumes au fil des heures et une majorité d’allègements en fin de séance, de telle sorte que la performance du jour se trouve ramenée à +0,3% au final.

Aucune donnée statistique américaine n’a été publiée cet après-midi aux États-Unis: les opérateurs américains se focaliseront sur les indications en provenance de la Réserve fédérale qui rendra publique, aux alentours de 20h00 heure de Paris, les minutes de la dernière réunion de son comité de politique monétaire.

Dans cette attente, l’euro aligne une troisième séance de repli face au billet vert sur le marché des changes, en dessous du seuil de 1,12 dollar. On compte actuellement 1 EUR pour 1,11 USD,

Le barril de pétrole commence a baisser après les propos de Trump.

La fermeté du Dollar n’a pas soutenu les marchés d’actions, par ailleurs peu sensible au rebond des cours du pétrole provoqué par la crise iranienne , sur le Nymex (le WTI livraison en février s’échange contre 59,7 dollars à New York, contre 63 USD le 3 janvier 2020, soit -1,4%, le Brent de même échéance se négociait 59,8$ à Londres.

Dans une note publiée ce matin, l’Insee rappelle que le cours du brent  s’est replié à 62,9$ le baril au mois de septembre soit une diminution de 1,8% par rapport au mois précédent, interrompant ainsi le mouvement de progression des trois mois précédents. Le rebond observé aujourd’hui permet à Total, en hausse de 1,1%, d’aligner une troisième séance de hausse.

Si elle a perdu la place qu’elle occupait ce matin en tête du classement des valeurs du CAC, l’action Crédit Agricole (+1,6%) restait bien orientée, soutenu par une recommandation favorable de Deutsche Bank. Dans une note sur le secteur bancaire français, DB estime que la publication des trimestriels des grands groupes nationaux pourrait s’accompagner d’un relèvement de leurs objectifs de bénéfices. Deutsche Bank met l’accent sur le dynamisme inhabituel dont le marchés d’actions ont fait preuve durant l’été, dynamisme qui ne manquera pas d’avoir des répercussions positives sur les différentes activités des groupes bancaires.