Partager est savoir!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le cours de l’or a perdu  40 % depuis son pic historique à 1.900 dollars, en septembre 2011. Le seuil psychologique des 1.000 dollars n’est plus très loin.

Que font les acheteurs d’or ?

Le cours de l’or est au plus bas depuis quatre ans et demi, mais les grands acheteurs d’or restent discrets. Les marchés n’observent pas une brusque augmentation de la demande asiatique, comme nous l’avions observé lors de la chute des cours en 2013.

La demande chinoise, le premier acheteur d’or de la planète, fait grise mine, alors que la chute de la demande, de 50 % au deuxième trimestre, semble indiquer que cette année nous ne verrons pas un brusque sursaut de la prime sur l’or physique. Même constat en Inde, la baisse des cours n’a provoqué aucunes ruées dans les bijouteries.

De l’or à 800 dollars l’once est ‘il donc envisageable?

Les deux plus importants consommateurs d’or au monde semblent donc s’abstenir. Du moins pour le moment. Peut-être que les acheteurs  attendent que le cours de l’or baissent de nouveau avant d’acheter. En Effet, l’or est au plus bas depuis avril 2010, avec  huit semaines consécutives de baisse et neuf séances consécutives négatives qui laissent entrevoir que la baisse n’ont pas encore touché le fonds.

C’est possible. A cause du dollar, auquel l’or est fortement corrélé, qui  continue d’augmenter, les perceptives pour 2015 sont d’un dollar fort, propulsé par la remontée des taux l’année prochaine, ce qui attisera la demande de dollar, au détriment des valeurs refuges tel que l’or.

Le cours de l’once commence à se diriger vers les 1.100 dollars.

 Goldman Sachs prédit un cours moyen de 1.050 dollars  en 2015. L’or reviendrait ainsi à son cours d’avant 2008, lorsque l’or commença sa forte grimpée lors de la mise en place de la politique monétaire ultra-favorable de la Fed.

Si les acheteurs privés sont absents, les banques centrales continuent d’acheter de l’or, « car l’or est une monnaie de premier choix et qu’aucune autre monnaie y compris le dollar, ne peut rivaliser« . Cette phase a été prononcée par l’ex-directeur de la Fed, Alan Greenspan, fin octobre 2014. Car, tout de même, cette baisse des cours de l’or que reste particulièrement troublante.

Le marché est particulièrement manipulé, la détermination du prix de l’or de Londres étant manipulé par les cinq grandes banques qui participent à ce « fixing » (Deutsche Bank, HSBC, Barclays, Bank of Nova Scotia, et Société Générale).