AFFINAGE Phase ultime de purification de l’or réalisée en usine sur le principe de la fonte.

ALLUVION Dépôt de matériaux détritiques charriés par les eaux. Ces gisements peuvent se rencontrer à une grande distance des gisements originels.

AMALGAME Alliage pulvérulent essentiellement d’or brut, d’argent et de mercure associé. Se présentant sous forme de sable dense, sa teneur en mercure est très importante (entre 30 et 50 %)

ANOXIQUE De anoxie, absence d’oxygène, concernent ici les réservoirs naturels ou artificiels ou l’eau n’est pas oxygénée par la présence de courant notamment.

ARBOVIROSES Maladies virales transmises par des arthropodes, notamment les insectes.

BATÉE Outil de base des premiers orpailleurs, la batée se présente sous la forme d’un cône en métal manipulée au niveau de l’eau. Remplie d’alluvions diluées, et mue par un mouvement rotatif, la batée utilise la force centrifuge pour expulser les éléments plus léger que l’or qui reste au fond du cône. Cet instrument léger et d’emploi facile est resté longtemps utilisé pour la prospection en forêt.

BARGE (Pour la prospection / orpaillage en Guyane)Appelée aussi drague suceuse, se présente sous la forme d’un ponton flottant muni d’une pompe à gravier remontant à l’aide d’un tuyau d’aspiration généralement actionné par un plongeur, les alluvions sont dirigées alors vers une table à la sortie de laquelle un traitement final au mercure est réalisé.

BARRANQUE (Pour la prospection / orpaillage en Guyane) Fosse d’exploitation d’un placer alluvionnaire au fond de laquelle la couche d’argile minéralisée va être diluée à l’aide des lances monitor. Etymologie : du portugais barranco qui désigne les berges abruptes creusées par les cours d’eau.

BIOAMPLIFICATION (ou biomagnification) Augmentation, à chaque maillon de la chaîne trophique, de la concentration d’un polluant dans les organismes.

BIO-OXYDATION BACTÉRIENNE (Pour la prospection / orpaillage en Guyane)Technique de traitement du minerai aurifère par procédé biochimique, utilisé surtout pour l’exploitation de la roche mère d’un gisement filonien.

CASSAVE (Pour la prospection / orpaillage en Guyane)Appelée aussi masselotte, c’est l’alliage de forme granuleuse, issu de la première transformation de l’amalgame ( distillation du mercure) La teneur en mercure est faible (entre 1 et 5 %)

CHABLIS Désigne aussi bien l’arbre tombé au sol que l’ouverture consécutive et associée à la chute de l’arbre.

COMPTOIR (Pour la prospection / orpaillage en Guyane) Lieu commercial où le minerai est réceptionné, analysé, estimé, et acheté en vue de son exportation ultérieure vers une unité d’affinage. Généralement les comptoirs disposent d’un laboratoire, petite fonderie où le minerai aurifère est traité et transformé en masses lingotées.

CONCASSEUR Engin destiné à broyer des roches dures.

CYANURATION (Pour la prospection / orpaillage en Guyane) Procédé permettant d’obtenir la séparation de l’or, de l’argent, par immersion dans une solution de cyanure alcalin. Ce procédé est utilisé principalement pour le traitement d’un minerai filonien déjà altéré.

DÉBOURBAGE Dilution de l’argile qui emprisonne l’or .

DISTILLATEUR (Pour la prospection / orpaillage en Guyane)Appelé aussi retorte. Utilisant le principe de l’alambic, c’est un four à température programmée muni d’une chambre en inox appelée moufle, d’une cheminée mise en œuvre par une pompe à vide, chargée de récupérer les vapeurs nocives à l’issue de leur refroidissement, sous forme liquide pour le mercure.

DRAGUE A GODETS (Pour la prospection / orpaillage en Guyane) Premier engin mécanique utilisé sur les placers au début du XXème siècle, constitué d’une chaîne équipé de godets destinés à racler le fond et les berges des rivières

ÉLUVION Désagrégation des roches sur place

FLAT Désigne les terrasses alluviales bordant les lits des rivières.

FLOCULATION Procédé qui permet d’accélérer la décantation des matières en suspension (MES) par l’adjonction d’un produit chimique.

FONDERIE Lieu où l’on réalise le procédé de fusion, de purification ou de transformation des minerais, des métaux et des alliages. Grâce à des distillateurs, des fours thermiques et des fours à induction .

FOUR À INDUCTION Four de métallurgie utilisant le principe du transformateur pour fondre le métal. Un circuit à haut voltage est accouplé à un circuit à bas voltage, ces 2 circuits n’étant pas reliés directement. Le raccordement se produit par le champ magnétique créé par la bobine primaire. Ce champ magnétique variable provoque un courant électrique dans la bobine secondaire qui chauffe alors par simple effet Joule.

FOUR THERMIQUE Chambre constituée principalement par une armature d’acier garnie de matériaux réfractaires et servant à réchauffer uniformément et graduellement le minerai, à des températures fixées à l’avance

GISEMENT Concentration importante de masse minérale, liquide ou gazeuse Concernant l’or on distingue : –

  • Les gisements filoniens appelés aussi « primaires », où l’or, associé à des minerais divers, est souvent invisible à l’œil nu, se rencontrent dans une gangue généralement quartzeuse.
  • Les gisements appelés « secondaires » qui résultent de la destruction et du transport par gravité et ruissellement de gisements de type filoniens Les gisements sédimentaires où le minerai aurifère se rencontre en lits stratifiés dans d’anciens dépôts d’origine généralement marine.
  • Les gisements alluvionnaires ou l’or à l’état natif se rencontre en particules plus ou moins grosses dans les sables des rivières. – Les gisements alluvionnaires où l’or s’est retrouvé piégé dans le relief
  • Les gisements colluvinnaires résultant d’un transport sur une courte distance, généralement en bas d’une pente.

HYDRARGYRISME Nom donné à l’intoxication par du mercure métallique.

LANCE MONITOR Canon à eau destiné au décapage des argiles minéralisées au fond de la barranque. Sous la pression du jet les argiles minéralisées sont transformées en boue très liquide qui est dirigée vers une autre fosse connectée à une pompe à gravier qui aspire les boues vers l’unité de traitement (table…) Lorsque l’orpailleur ne dispose pas de pelleteuse pour dégager le site et préparer ses barranques, il utilise parfois les lances monitor pour dégager la couche de terre et la couche stérile.

LONG TOM Ancêtre du sluice. Introduit en Guyane par des chercheurs d’or californiens dés 1856. C’est une caisse en bois rectangulaire où est débourbé le minerai, d’un côté fermée par une grille et relié de l’autre à une arrivée d’eau qui sépare l’or du minerai.

MASSELOTTE Voir cassave

MERCURE Élément métallique (Z=80) seul métal liquide à température ordinaire, point d’ébullition : 357°C Le mercure est utilisé dans l’orpaillage pour agglutiner les matières aurifères préalablement séparées du gravier par gravimétrie. Symbole : Hg (du latin Hydrargyrum)

MÉTHYLATION Réaction chimique aboutissant à l’adjonction d’un groupement méthyle (–CH3)

MICROGRAMME La millionième partie du gramme .

MUTUALISME Association à bénéfice réciproque entre deux être vivants

NANOGRAMME La milliardième partie du gramme.

OR Élément métallique (Z=79), Masse atomique 196.967, point de fusion : 1063°C. L’or est un métal précieux de référence qui fonde la valeur d’une unité monétaire (étalon or). Symbole : Au

ORPAILLEUR Désigne le mineur travaillant sur une mine d’or (placer). Étymologie : 1- de paille utilisée un fond des appareils de traitement pour piéger les particules d’or. 2 – du vieux français harpailler saisir, attraper Le nom brésilien de « garimpeiro » est fréquemment employé.

PLACER Emplacement où l’on trouve de l’or, du diamant…

RETORTE Voir distillateur

SCIAPHILE Qui aime l’ombre ; essence de sous-bois.

SLUICE Ancêtre de la table. Reprenant le principe du long tom, les slices sortes de canaux en bois à section carrée s’emboîtent les uns dans les autres sur une pente calculée de longueur variable selon le chantier. Le plancher est garni de tasseaux destinés à retenir l’or en laissant s’écouler les matériaux plus légers (argiles et sables). Du mercure est disposé en amont des tasseaux et des grilles. L’amalgame recueilli à l’extrémité basse du slice est chauffé pour séparer le mercure de l’or.

TABLE Unité de traitement du minerai. C’est une laverie constituée d’une caisse et de plusieurs plans inclinés (généralement trois) La caisse régule le flux et l’atténue, tout en piégeant les pépites et les pierres. Les alluvions s ‘écoulent par débordement sur les plans inclinés superposés et tapissés de moquette destinés à piéger les paillettes d’or. Les boues s ‘écoulent alors dans la barranque précédemment exploitée qui sert alors de bassin de décantation.

TABLE À SECOUSSES Par vibrations et processus gravimétrique, l’or, plus lourd, est séparé du sable. Cette méthode ne concentre pas tous les métaux lourds et sur certains sites orpaillés auparavant, la présence de mercure dans le sol complique l’extraction de l’or. Cette table supprime la technique de l’amalgamation au mercure mais reste fragile et coûteuse.

TITRE Dans un alliage, la quantité d’or ou d’argent qu’il contient. Autrefois exprimé en carat, le titre est décliné aujourd’hui en millième (750 ‰ pour 18 carats, 1000‰ pour 24 carats …)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.