•  
  •  
  •  
  •  

La cote a été soutenue par le bon comportement des valeurs automobiles et les repositionnements opérés sur les bancaires, Commerzbank en tête (+2,8%).

Les yeux tournés vers Beyrouth où les membres de l’OPEP se réunissaient aujourd’hui pour définir de la stratégie à adopter pour apaiser la flambée spéculative sur les cours du pétrole, les investisseurs ont réservé un accueil mitigé à la décision du cartel d’augmenter de 2 millions de baril sa production journalière (+0,5Ml de barils supplémentaires à partir du 1er août). Les prix du brent ont dans un premier temps bondi sur l’International Petroleum Exchange avant d’inverser la vapeur à la suite de l’annonce de stocks US supérieurs aux attentes.

Sur le front des taux, la BCE a sans surprise reconduit à l’identique son dispositif monétaire à l’issue de son comité des gouverneurs (Refi laissé inchangé à 2%). Son président  a estimé que l’envolée des cours de l’or noir ne dégénèrera pas en hyperinflation dans les pays de l’UE même si l’institut francfortois a été contraint de relever ses estimations en la matière pour 2014 et 2015.

De l’autre côté de l’Atlantique, les données macroéconomiques du jour se sont révélées décevantes avec une décrue de plus de 3 pst de l ‘ISM services en mai et une baisse de seulement 6000 des demandes hebdomadaires d’allocation chômage.Les opérateurs ont désormais rendez-vous avec les fameux chiffres mensuels du chômage qui seront dévoilés demain en début d’après midi. Au palmarès des plus fortes variations, les valeurs automobiles ont bénéficié de la progression sensible des immatriculations aux Etats-Unis (mai) à l’image du constructeur DaimlerChrysler +2% ou de son concurrent Volkswagen +0,8%. L’équipementier Continental n’était pas en reste puisque son action s’est appréciée parallèlement de 2,2%.

Notre recommandation pour investir dans l'or et l'argent - Goldbroker.com

Les financières ont également contribué à doper la cote avec Commerzbank +2,8%, HVB +1,8% et Munich Re +1,4%. Cette dernière a réagi à la publication dans la matinée de résultats en ligne avec les estimations avec un bénéfice net au premier semestre qui a atteint 534MlsE pour des primes totalisant sur la période 10,4MdsE (-4,3%). Le premier réassureur mondial a confirmé dans la foulée l’objectif d’un bénéfice annuel de 2MdsE.

A l’autre extrémité du classement, Lufthansa a chuté de 1,8% en raison des tensions observées sur le marché du pétrole ainsi que des rumeurs autour d’une possible prise de participation dans le capital du transporteur helvétique Swiss. Infineon a pour sa part décliné de 0,3%, les analystes optant pour la prudence avant la publication après la clôture des estimations d’Intel, leader mondial du secteur des semi-conducteurs.

L’Opep tente de calmer le jeu

L’organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP) a confirmé la hausse de ses quotas de production de 2 millions de barils par jour en juillet et de 500.000 barils supplémentaires en août, la réunion du mois de juillet devant confirmer cette dernière augmentation. En août la production totale du cartel devrait atteindre 26 millions de barils par jour, contre 23,5 millions actuellement. Cette décision souhaitée et attendue par l’ensemble des économies mondiales contribue actuellement à une détente des prix du brent tant à Londres (-3% à 36,49 dollars) qu’à New York où le WTI est repassé sous le seuil des 40 dollars (-1,4% à 39,4 dollars).

Toutefois, si la décision de l’OPEP doit permettre d’ajuster la production à la croissance de la demande, elle ne devrait avoir qu’un impact limité sur la flambée des prix du pétrole. Celle-ci est en effet principalement alimentée par des craintes géopolitiques et les tensions au Moyen-Orient et non pas par une demande excessivement supérieure à l’offre. Que l’Arabie Saoudite soit capable d’accroître ses capacités de production ne signifie pas forcément que, sous la menace terroriste, le Royaume soit apte à livrer son pétrole.

  •  
  •