Partager est savoir!
  •  
  •  
  •  
  •  

La crise de la dette de la zone euro, l’absence de demande de sauvetage de l’Espagne et l’amélioration du marché du travail aux USA a provoqué que le cours de l’or au comptant de l’or perd 0,43%, à 1746,20 $ US l’once, alors que l’or à terme pour livraison en décembre glisse de 0,69% à 1745,80 $ US l’once.

Le prix de l’or, ressenti pour passer rapidement le cap des  1,800 $ once après l’assouplissement monétaire de septembre, reste coincé depuis  deux semaines dans une fourchette de négociation entre  $ 1,760 – 1,780 $.

L’économie américaine montrant des signes de reprise, les spéculations vont bon train. La Réserve fédérale pourrait finir beaucoup plus tôt que prévu son programme d’assouplissement monétaire. L’or n’est pas arrivé à passer au-dessus de la barre des 1800 $ / L’once. Le prix de l’or est  sous  pression, puisque c’est un marché qui est actuellement vendeur. Le prix du métal jaune a clôturé la semaine à 1,754.30 $. Soit une baisse de 2% par rapport à la semaine dernière, tandis que le dollar américain s’est apprécié par rapport aux autres monnaies.

Lundi, le prix de l’or a encore baissé de 1%  à 1,727.50 $ l’once, son plus bas niveau depuis le 13 Septembre. Ces baisses à court terme ne m’inquiète pas beaucoup, mais sont préoccupantes pour le spéculateur. Parce que rien n’a changé dans les fondamentaux qui poussent le prix de l’or à la hausse. Je crois que ces baisses momentanées doivent être utilisées pour accumuler de l’or physique. Évidemment, des pertes à court terme peuvent faire mal.

Depuis la crise financière de 2008, la situation économique mondiale s’est considérablement détériorée. Des troubles apparaissent, surtout au Moyen-Orient. Et nous ne savons pas si elles vont s’améliorer dans un futur proche. Il est peut être difficile de comprendre pourquoi le prix de l’or n’est pas beaucoup plus élevé. Cependant, les choses deviennent beaucoup plus claires lorsque vous étudiez les marchés de l’or mondiaux.

La manipulation des cours de l’or.

Les lingots d’une once sont les preferés des investisseurs. Facilement monnayable, son prix autour des 1000 euros le rend accesible à la majorité des épargants

Il est raisonnable de supposer que les prix devraient augmenter après des périodes de consolidation. Il est intéressant de remarquer que la plupart des ventes massives d’or interviennent juste à l’ouverture du Comex à New York. C’est à ce moment que les banques peuvent vendre des lingots, comme des contrats à terme, aussi souvent qu’elles le souhaitent et sans limite. Et, ce faisant, elles créent un déséquilibre artificiel entre l’offre réelle et la demande d’or. Il est encore plus intéressant de remarquer qu’en dépit de tous leurs efforts qui visent à plafonner le prix de l’or à certains niveaux, la demande d’or physique reste très robuste.

En fin de compte, sans les banques centrales, les prix  de l’or pourraient être plus élevés. Les bonnes nouvelles pour nous, au sujet de la manipulation des prix de l’or sur le Comex, est que cela nous donne la possibilité d’acheter de l’or aux niveaux de prix actuels, qui seront des prix avantageux dans quelques années.

La dégradation de l’économie mondiale favorise une montée de l’or.

Standard & Poors a également réduit la note de plusieurs banques espagnoles, comme le Banco Santander, le Banco Vizcaya Bibao Argentari, en plus  de neuf autres banques. Ces baisses sont intervenues dans la foulée de l’abaissement de la note souveraine du pays. Pourtant, il y a deux semaines, le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, avait félicité l’Espagne pour les efforts menés pour le contrôle du déficit. Il est évident que Standard and Poor n’a pas les mêmes critères que Draghi.

Le Directeur général du FMI, Christine Lagarde, a clairement indiqué que la croissance mondiale est beaucoup plus lente que prévue et ne créera pas suffisamment d’emplois au niveau mondial pour faire baisser le chômage. Ainsi, le FMI a déclaré que l’Europe doit faire davantage, pour lutter contre la crise financière. Malgré de nouvelles mesures politiques, parmi lesquelles un programme d’achat d’obligations destiné à aider l’Espagne et l’Italie, il existe toujours un risque global de resserrement du crédit et de récession économique  mondiale. Le FMI a réduit ses estimations de croissance du PIB mondial à 3,3% cette année et 3,6% pour l’année 2013. Révision à la baisse, en juillet elles étaient de 3,5% en 2012 et 3,9% en 2013. Les risques qui pèsent sur l’économie mondiale ont considérablement augmenté et aucune amélioration rapide ne pourra se réaliser, tant que l’Europe et les États-Unis ne règlent pas leurs problèmes. C’est donc la croissance asiatique qui est actuellement le moteur de l’économie mondiale. La croissance est en Asie est estimée à 5,4% cette année. La prévision de croissance pour la Chine à 7,8% en 2012 et 8,2% en 2013.

  •  
  •  
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push ({});