Catégories
Placement et investissement pour l'épargnant & Investisseurs (sauf or)

Bourse: Que sont les indices?

1) Le CAC 40 (base 1000 le 31/12/1987)
L’indice CAC 40 (Cotation Assistée en Continu) est calculé à partir d’un échantillon de 40 valeurs cotées au SRD, et choisies en fonction d’exigences multiples (capitalisation, liquidité et diversification sectorielle). Les valeurs sélectionnées figurent parmi les plus liquides des 100 premières capitalisations du premier marché. La liquidité, mesurée sur 12 mois, est définie pour chaque valeur par l’étendue du marché (flottant, montant des transactions et taux de rotation quotidiens) et sa profondeur (fourchette moyenne et volatilité intra-séance).
2) Le SBF 80
L’indice SBF 80 est composé de valeurs cotés sur les Premier et second marchés de la bourse de paris. Il regroupe en fait les valeurs du SBF 120 moins celles du CAC 40. Il permet de suivre l’évolution des sociétés les plus importantes tout en excluant celles du CAC 40, dont l’évolution peut différer.
3) Le SBF 120 (base 1000 le 31/12/1990)
Plus diversifié, par le nombre de valeurs qui le composent, que l’indice CAC 40, l’indice SBF 120 est par nature bien adapté à l’indexation de fonds et à la mesure de performance de la gestion en actions françaises. L’indice est formé des valeurs de taille importante cotées en continu (A ou B), les plus activement traitées et liquides. Le classement des valeurs se fait sur 12 mois, à partir de 4 critères de liquidité : le montant des volumes échangés, le nombre de transactions et le taux de rotation, valués en médiane quotidienne, et la fourchette, en moyenne quotidienne. De ce classement sont retenues les 150 premières valeurs, dont on exclut ensuite celles ne figurant pas parmi les 200 premières capitalisations. Au sein des environ 130 valeurs ainsi obtenues, le Conseil Scientifique choisit les 120 valeurs qui composeront finalement l’indice SBF 120.
4) Le SBF 250 (base 1000 le 31/12/1990)
Cet indice a pour vocation de représenter l’évolution d’ensemble du marché (marché officiel et second marché), aussi bien que celle de ses composantes économiques, constituant ainsi un instrument de référence à long terme pour la gestion des fonds investis en actions françaises, qu’ils soient diversifiés ou spécialisés dans un secteur économique. La segmentation économique est assurée par le calcul d’indices spécifiques adossés aux 10 secteurs économiques de la nomenclature, ainsi qu’aux 3 grands secteurs traditionnels. Les critères de choix des valeurs visent à privilégier la représentativité en capitalisation boursière de chacun des 10 secteurs économiques de la nomenclature d’Euronext. En pratique, les valeurs sont classées par capitalisation boursière décroissante dans chacun des 10 secteurs et l’échantillonnage est opéré de façon à obtenir un même niveau de représentativité dans chacun d’eux, actuellement supérieur à 90% de l’ensemble.
5) MIDCAC (base 1000 le 31/12/1990)
Cet indice répond à l’intérêt croissant pour les valeurs « moyennes » montré par les gestionnaires de fonds, français et étrangers, qui cherchent à diversifier leurs investissements. Leur poids, relativement faible, ne permet pas d’apprécier la spécificité de leur comportement au sein de l’indice SBF 250 et l’indice MIDCAC, qui leur est dédié, est destiné à être à la fois un instrument de mesure de l’évolution de ce segment de marché et un outil de référence pour les gestions spécialisées. Le principe d’emboîtement ne s’applique pas à l’indice MIDCAC, voué à un ensemble particulier de valeurs. La population cible (environ 250 valeurs) de l’indice est obtenue à partir de l’ensemble des valeurs françaises du Premier Marché et du Second Marché, dont on exclut : les 20% plus faibles et 20% plus fortes capitalisations, les valeurs cotées moins de 175 jours par an (250 jours), les sociétés financières et immobilières. Afin de refléter au mieux la structure par capitalisation boursière de cette population, le Conseil Scientifique a adopté le principe d’une segmentation, après tri décroissant des capitalisations, en 6 classes de poids équivalent (chacune représente 1/6ème de la capitalisation de l’ensemble). Les valeurs sont parallèlement notées selon trois critères de liquidité : le montant des capitaux changés, le nombre de transactions et le taux de rotation, mesurés en médiane quotidienne sur 12 mois. Le Conseil Scientifique sélectionne ensuite les valeurs les plus liquides de chaque classe. Le nombre de valeurs de chaque classe est arrêté de façon à ce que l’échantillon des 100 valeurs reproduise l’équipondération des 6 classes de capitalisation.
6) IT.CAC (base 1000 le 31/12/98)
Afin d’offrir aux investisseurs et aux professionnels des outils reflétant l’essor de la nouvelle économie et le poids des valeurs technologiques cotées à la Bourse de Paris, ParisBourse a décidé de calculer à partir du 29 mars 2000 deux indices dits indices technologiques. Comprenant des valeurs de tous les segments de marché actuels de la cote des actions, ces deux indices sont transversaux. Ainsi, les plus importantes capitalisations boursières négociées au Premier Marché aussi bien que des entreprises cotées sur le Second ou le Nouveau Marché sont appelées à composer l’indice large. IT.CAC : l’indice large
Pour suivre de façon optimale le développement d’une population de valeurs qui croît rapidement, il est souhaitable de disposer d’une photographie de l’ensemble de ces valeurs. Il s’agit de l’indice large, IT.CAC comprenant, au moment de son lancement, 120 valeurs. IT .CAC50 : l’indice compact
Avec un nombre plus restreint de valeurs, IT.CAC 50 constitue un support adapté à la gestion patrimoniale. Afin de ne pas peser sur son calcul, les valeurs déjà incluses dans le calcul de l’indice CAC 40 ne sont pas reprises dans l’indice IT.CAC50. Les critères déterminant la population de ces indices Les valeurs du secteur « technologies de l’information » de la nomenclature officielle composent automatiquement ces indices. Une société introduite rejoint l’indice large IT.CAC, dès le second jour de cotation. Dans l’indice compact, la formation et les changements d’échantillon relèvent du Conseil Scientifique des indices de Euronext. L’examen et, éventuellement, la révision de l’échantillon ont lieu, comme pour les autres indices de Euronext, lors des réunions trimestrielles du Conseil. Le poids des valeurs dans les indices
Au regard de la diversité des valeurs composant l’échantillon, il a paru souhaitable de limiter le poids des plus importantes capitalisations. Ainsi, le poids des valeurs sera revu chaque mois afin qu’aucune valeur ne puisse excéder 8% de l’ensemble de l’échantillon.
La base des indices est fixée à 1000 au 30/12/1998. Un historique des indices IT.CAC et d’IT.CAC 50 a été calculé depuis le 1er janvier 1999.
7) L’indice Second Marché (base 1000 au 31/12/90)
Il permet d’apprécier l’évolution du Second Marché dans son ensemble. En effet, la composition de l’indice prend en compte toutes les sociétés appartenant au Second Marché, plus généralement des PME.
8) L’indice Nouveau Marché (base 1000 au 31/12/97)
Comme l’indice du Second Marché, l’indice du Nouveau Marché comprend toutes les valeurs cotées sur ce compartiment. Il mesure donc l’évolution des performances des valeurs dites de croissance.
9) Les indices Stoxx
  Quatre indices sont issus de cette gamme: deux indices de 50 green chips européennes et 50 green chips de la zone euro : Dow Jones STOXX 50 pour l’Europe entière et Dow Jones STOXX Euro 50 pour la zone euro.
Base 1000 au 31/12/91 deux indices de référence plus larges, déclinés chacun en 19 indices sectoriels. Dow Jones STOXX pour l’Europe entière et le Dow Jones Euro STOXX pour la zone euro.
Base 100 au 31/12/91 Les indices sont pondérés par les capitalisations boursières. Pour chacun des indices, un indice de cours et de rentabilité tenant compte des dividendes sont diffusés.  
10) Les principaux indices étrangers
Le Dow Jones : il regroupe les plus grosses capitalisations américaines en dehors du secteur des nouvelles technologies. Le Nasdaq : cet indice représente les valeurs technologiques américaines. On peut y trouver de très fortes capitalisations telle Microsoft mais aussi de beaucoup plus modestes. Le FTSE 100 : les 100 plus grosses capitalisations de la bourse de Londres. Le X-Dax : les plus importantes capitalisations allemandes. Le Nikkei : même chose pour le Japon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.