En bourse, ce sont les mécanismes macroéconomiques qui ont le plus d’impact et qui donnent des tendances lourdes au marché. C’est pour cela qu’il est important de les comprendre. dresse pour vous la liste des événements possibles et vous donne ses conseils.
Alors, que faire… 
1) si le dollar varie
Les entreprises sensibles aux variations du dollar (ainsi qu’à la croissance américaine) sont celles qui sont présentes aux États-Unis et celles dont les produits de base se négocient en dollars (les pétrolières notamment). Aussi rangeons-nous dans cette rubrique : AXA, Lagardère, Alcatel, Lafarge, Saint-Gobain et Schneider. Le conseil : Achetez ces valeurs quand le dollar monte et vendez-les quand il baisse.  
2) s’il y a une crise financière (en Asie et/ou en Amérique Latine et/ou en Russie)
Ce sont les banques qui sont alors les plus menacées. Même si aucune des banques françaises (à l’exception du Crédit Lyonnais en Asie et du CCF au Brésil) n’est véritablement engagée dans l’une de ces zones, toute tension financière dans un pays fait peser des risques pour ces entreprises. Le conseil : Vendez à chaque résurgence de tensions et achetez immédiatement après car la baisse des cours aura permis de réelles opportunités d’achat.  
3) s’il y a une crise monétaire dans un pays
Ce sont alors toutes les entreprises (et pas seulement les banques) présentes dans le pays qui sont menacées. En effet, si la monnaie locale se déprécie, les bénéfices réalisés dans le pays seront diminués d’autant quand ils seront convertis en euros pour la consolidation des comptes de l’entreprise. Le conseil : Vendez les sociétés présentes dans les pays dont la monnaie est attaquée et/ou risque d’être dévaluée (ex. Le CCF très présent au Brésil, Carrefour en Argentine et au Mexique,…).  
4) si la consommation varie en France
Les valeurs sensibles à la reprise (réciproquement au ralentissement) de la consommation en France sont : Danone, Carrefour, Pinault-Printemps-Redoute, … Le conseil  : Achetez ces valeurs si la consommation s’accélère (et vendez-les si elle ralentit).  
5) si le marché semble durablement baissier
Parfois, le marché peut sembler baissier pour plusieurs semaines (si Wall Street consolide, si la croissance américaine ralentit…). Le conseil  : Plutôt que de liquider tout votre portefeuille, il peut être plus judicieux de vous reporter sur certaines valeurs qui résistent assez bien aux turbulences boursières.  
6)   si les taux d’intérêt varient
Une hausse des taux d’intérêt entraîne mécaniquement une appréciation du marché obligataire (les obligations, indexées sur les taux, rapportant alors davantage). Aussi une partie de l’épargne se désengage-t-elle des actions pour aller se porter sur les obligations ; ce qui entraîne une baisse du marché des actions. Et inversement si les taux d’intérêt diminuent.Le conseil : si les taux montent, augmentez la part des obligations dans votre portefeuille (et diminuez-la si les taux baissent).