Le bilan est une photographie à un instant donné (en général à la fin de l’exercice comptable) qui recense le total des emplois et le total des ressources utilisés par l’entreprise. Les ressources représentent les origines (ou provenance) des fonds employés. Les dettes par exemple sont des ressources. Les emplois, quant à eux, représentent la destination de ces fonds. Ainsi les immobilisations acquises sont des emplois. Les emplois de fonds sont recensés dans le bilan à l’actif et se décomposent en actif immobilisé (c’est-à-dire les biens non encore consommés utilisés durablement par l’entreprise : constructions, terrains, matériel de production…) et en actif circulant (soit les biens et créances utilisés dans le cycle d’exploitation : créances clients, stock, disponible, réalisable…). Les ressources de fonds sont recensées au passif et se décomposent en capitaux propres (capital apporté par les actionnaires, bénéfice non distribué…), dettes financières (capitaux apportés par les banques…) et dettes d’exploitation (crédits fournisseurs…).
1) Bilan à une date donnée
(le 31 décembre le plus souvent)
ACTIF (Emploi des fonds) PASSIF (Origine des fonds) Actif immobilisé Terrains Matériel de production Constructions… Actif circulant Stocks Créances clients Réalisable Disponible… Capitaux propres Capitaux des actionnaires Résultat… Dettes financières Capitaux des banques… Dettes d’exploitation Crédits fournisseurs…  
Que regarder dans le bilan ?
La solidité du bilan est le gage de la stabilité financière de l’entreprise
 
2) L’actif immobilisé

L’actif immobilisé représente la valeur patrimoniale de l’entreprise. Malheureusement, les actifs immobilisés sont enregistrés à leur valeur d’achat et celle-ci n’est pas forcément égale à la valeur de marché. Les analystes financiers effectuent donc des réévaluations des actifs de la société car ceux-ci peuvent fausser la valorisation de l’entreprise.
 
3) Les stocks

Une entreprise cherche à minimiser le niveau de ses stocks car il a un coût. Il est toutefois important de regarder son évolution. Une augmentation des stocks peut être le signe d’une activité qui se réduit. En revanche, une baisse du niveau des stocks peut-être le signe du développement de l’activité.  Toutefois ces évolutions peuvent masquer des événements ponctuels (décalage des livraisons ou des commandes …). Le niveau des stocks est à lier avec le chiffre d’affaires de l’entreprise : le ratio stock / chiffre d’affaires doit rester constant.
 
4) Les créances

Elles représentent le montant des ventes non encore payées par les clients. Leur évolution est assez peu évocatrice mais il faut vérifier que le ratio créances / chiffre d’affaires reste constant. Si ce ratio augmente considérablement, il peut s’agir de créances qui ne seront pas honorées (faillites, ..). Il risque alors d’y avoir des dotations aux provisions pour risque qui diminueront d’autant le résultat net.
 
5) La trésorerie

Elle se compose des liquidités et des valeurs mobilières de placement. La trésorerie représente le trésor de guerre de l’entreprise. Un niveau pléthorique peut laisser présager une opération de croissance externe (OPA, acquisition, …) ou un rachat d’actions.
 
6) Les capitaux propres

Ils représentent le capital apporté par les actionnaires augmenté des bénéfices non distribués ainsi que des primes d’émission. Un fort niveau de fonds propres est toujours rassurant car il témoigne de la solidité financière de l’entreprise.
 
7) Les dettes

Elles se décomposent en dettes financières et dettes d’exploitation. Les dettes d’exploitation représentent les crédits accordés par les fournisseurs. Elles sont à comparer avec les créances clients. Si les dettes d’exploitation augmentent considérablement alors que la trésorerie est faible, l’entreprise risque de connaître de sérieuses difficultés financières. Les dettes financières représentent les crédits accordés par les banques. Il est important que le ratio d’endettement (dettes nettes de trésorerie / fonds propres) ne soit pas plus élevé que chez les concurrents.
8) Le fonds de roulement (FR) et le besoin en fonds de roulement (BFR)

Il est nécessaire de calculer ces deux masses financières. Le calcul est le suivant : FR = ressources à long terme (capitaux propres + dettes supérieures à un an) – emplois à long terme (immobilisations) BFR = emplois à court terme (stocks + créances) – ressources à court terme (dettes financières à moins d’un an + dettes d’exploitation) Le fonds de roulement doit être positif. Cela prouve que l’entreprise dispose de plus de ressources à long terme que d’emplois à long terme. Le besoin en fonds de roulement, qui mesure le besoin de liquidités de l’entreprise, doit être inférieur au fonds de roulement. Enfin, on a la trésorerie qui est égale au fonds de roulement moins le besoin en fonds de roulement. Ainsi avec FR > BFR, la trésorerie de l’entreprise est positive.