•  
  •  
  •  
  •  

Seule bonne nouvelle dans le flot des augmentations du début d’année : la prime des assurances auto devrait diminuer pour la grande majorité des conducteurs. Selon les compagnies, la baisse devrait être comprise entre 2 et 10% et s’ajouter au bonus dont peuvent bénéficier les automobilistes qui n’ont pas eu de sinistre dans l’année.

Le pourcentage de réduction diffère selon les compagnies et les mutuelles. Il varie également à l’intérieur d’une même compagnie selon le profil des conducteurs, le type de véhicules assuré et les zones géographiques. Car les assureurs profitent de l’occasion pour réajuster leur grille tarifaire. Ainsi chez Natexis Assurances (groupe Banques Populaires), la baisse va de 0 à 4%, un tiers des clients bénéficiant d’une baisse comprise entre 2 et 4% et les deux tiers restant entre 0 et 2%. «La baisse est par exemple plus importante pour les véhicules haut de gamme que pour les autres (– 5,5% pour une Renault Espace) car nos tarifs nous sont apparus un peu trop élevés par rapport à la concurrence», explique Marcel Pizzini, directeur marketing et communication de Natexis Assurances. A La Maaf, la baisse va de 3 à 10%. «Elle est de 7% pour les grosses cylindrées car le taux de sinistralité a diminué plus fortement pour ces dernières que pour les autres. Il en est de même des villes comme Toulouse, Caen, Nancy, Evreux ou du département du Val-de-Marne. Comme les deux baisses peuvent se cumuler, la réduction peut atteindre 10%» commente Etienne Couturier, directeur général délégué de Maaf Assurances. A la Macif, premier assureur auto en France, la baisse peut aller jusqu’à 7% avec une moyenne de 3,6% sur l’ensemble du portefeuille. A la Mutuelle de Poitiers, la baisse est réservée aux assurés qui disposent d’un bonus de 50%.

Ces quatre compagnies n’ont pas réitéré la démarche annoncée en août mais appliquée sur l’avis d’échéance de fin d’année, consistant à accorder à tous leurs assurés, une ristourne uniforme sur la prime : de 5% pour la Maaf, la Mutuelles de Poitiers ou chez Natexis Assurances, de 7% à la Macif sur la responsabilité civile. Cette dernière avait déjà réduit ses tarifs en moyenne de 1,6% l’an dernier.

Dans le même esprit, la baisse des tarifs chez GMF ira jusqu’à 4%, à la Maif jusqu’à 4,5%, chez Generali jusqu’à 8%, chez Groupama jusqu’à 2%. Dans certaines compagnies, la baisse qui interviendra à partir du 1er avril, n’est pas arrêtée. C’est le cas d’Axa France.

Notre recommandation pour investir dans l'or et l'argent - Goldbroker.com

A l’origine de ces écarts, des politiques tarifaires et des résultats techniques différents. Une moindre baisse peut ainsi s’expliquer par un portefeuille de clients à la sinistralité plus élevée que chez ses concurrents, par des tarifs calculés au plus «juste», par une gestion des sinistres moins performante, par un transfert d’économies d’un risque à un autre, par l’existence d’un passif antérieur ou au contraire par le souhait de constituer des réserves… Les compagnies annonçant les plus fortes baisses ne sont donc pas forcément celles qui pratiquent les tarifs les plus bas. Chaque assuré ne pourra pas faire l’économie d’une comparaison.

La baisse tient globalement à la chute du nombre d’accidents de la route. D’après les dernières statistiques de l’Observatoire national interministériel de sécurité routière, le nombre de tués au volant a diminué de 9,7% sur les onze premiers mois  (4 751 contre 5 264) et le nombre de blessés de 8,3% (98 284 contre 107 212). En contrepartie, les compagnies ont dû faire face à la hausse de 4% du prix moyen de la réparation matérielle et de 6% des indemnités versées aux accidentés. La première résulte de l’augmentation du prix des pièces détachées (+ 1,7%) et du taux horaire de la main-d’oeuvre (+ 6,5%). La seconde est la répercussion des évolutions de la jurisprudence qui indemnise mieux les incapacités les plus graves.

  •  
  •