Partager est savoir!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
 L’analyse technique est une spécialité illustre datant du XIXème siècle, ses origines les plus anciennes remontent, selon les historiens, au XVIe siècle au Japon.

Afin de saisir l’intérêt qu’elle présente, il semble important d’aborder le contexte de sa naissance et son évolution. Dès le commencement des marchés financiers, la connaissance des notions de surévaluation et de sous-évaluation des prix est apparue nécessaire aux opérateurs.  Pour bien comprendre cette notion d’analyse technique, il faut revenir sur le contexte de sa naissance et de son évolution. C’est, en effet, un élément fondamental car il conditionne l’achat et la revente au meilleur prix permettant, de ce fait, d’engendrer des bénéfices.

L’histoire de l’analyse technique.

A l’origine, vu que les marchés étaient très peu liquides, l’on pouvait, très facilement, déterminer si un titre, une devise, une valeur mobilière ou encore une matière étaient chers ou bon marché. Avec l’explosion des marchés et l’accélération des cotations qui ont eu lieu au dernier quart du XIXe siècle, on a constaté le passage à une cotation par jour à une cotation en continu. Dès lors, du fait de cette évolution, les opérateurs ont été confrontés à un flux de données qui échappait à leur maîtrise. D’où la nécessité de création d’un outil qui leur permettait d’avoir des indications sur la pertinence des prix afin de négocier au mieux. Ainsi, sont apparus sur les tables de cotations le plus haut, le plus bas et la valeur moyenne de la journée. Toutefois, avec les flux de données qui continuaient à accélérer, ceci est apparu vite insuffisant. C’est pourquoi les opérateurs ont commencé à tracer des graphiques, qui reprenaient point par point l’évolution de la cotation. Suite à cela, ils se sont vite aperçus de l’apparition régulière de certaines figures. Les plus avisés saisirent, de manière prompte, le rôle de ces figures dans la négociation.

Suite à la diversification des marchés dans les années 50, ces figures à caractère rudimentaire se sont avérées comme étant limitées. Cet état de fait a, donc, engendré la création des indicateurs pour offrir l’aide dont les opérateurs de marché avaient besoin afin de discerner l’état de la négociation sur le marché. Dans les années 80, l’entrée des opérateurs japonais, sur le marché américain, a conduit les opérateurs occidentaux à s’intéresser à l’étude de leur méthodologie. Cette époque marque la naissance des graphiques en chandeliers, ces derniers sont issus d’une illustre technique japonaise dont l’origine remonte au XVIe siècle. La force des chandelles japonaises consiste d’être un outil permettant de reconnaître et évaluer, très précisément, l’attention du marché permettant, ainsi, d’annuler une grande partie du risque. L’évolution informatique, qui a opéré sur les marchés dès années 80 aux années 90, a permis aux chartistes le traçage de figures avec plus de précision en temps réel et aussi de tirer avantage de l’évolution des indicateurs de manière plus souple.

Tout au long de ces 150 ans d’évolution, l’analyse technique a toujours eu pour objectif de renseigner les opérateurs. Elle ne constitue pas l’élément décisionnaire dans la prise de position, en revanche elle constitue un outil efficace pour vous indiquer l’état de la négociation sur le marché.

Grâce à des méthodes très simples d’analyse technique, un débutant peut connaître, de manière rapide, de bons résultats. Tout ce qu’il faut comprendre, c’est trader l’or au meilleur prix et vendre au meilleur prix…