Historiquement, l’or est considéré comme une valeur refuge en période d’inflation. La récession de 2001 avait entraîné un significatif  assouplissement monétaire par la Fed, dans le but de stimuler l’économie. Les attaques terroristes du 11 septembre 2001, les postérieures invasions de l’Afghanistan et de l’Irak eurent un coût, entraînant un endettement des USA.

Hausse de l’or et dépressions.

Conséquence, le cours de l’or se multiplia par 2, passant de 250 $ l’once en 2002 à 500 $ en 2005, puis 1000$ l’once en 2008. Puis la crise financière commença en 2008. Des efforts de relance économiques furent menés pour éviter de voir reparaître le spectre de la grande dépression. L’or doubla de prix à nouveau, pour atteindre $ 1,900 l’once en 2011.

Mais l’inflation, ou plutôt l’hyper inflation tant redouté depuis une douzaine d’années n’est pas encore apparu, du moins aux États-Unis. L’inflation se mesure par l’indice des prix à la consommation. Depuis 2001, il a été en moyenne de 2,5% par an. En 2011, de 1.8% seulement.

Nous sommes loin de  l’inflation de 7,7% par an des années 1970 et le sommet de 13,6% en 1981, époque durant laquelle le cours de l’or avait explosé. L’or est recherché et acheté  lorsque son cours est à la hausse, en prévision de la hausse de l’inflation, ou par l’effondrement des monnaies.

12 ans après, nous n’avons toujours pas d’inflation et il semble que le dollar se maintient. Et il est possible que nous ne voyons pas d’inflation l’année prochaine. Imaginons un instant que nous revenions dans les années 70. Ne serions-nous pas tentés de prédire que l’or se trouve dans une phase finale, où disparaissent ses appuis fondamentaux, et son cours n’est maintenu que par des mouvements spéculatifs? Les récentes baisses de l’or seraient alors de mauvais augures, l’or n’arrivant pas à se stabiliser à 1.800$, nous devrions nous attendre à une baisse, non?

Si nous n’avons toujours pas d’inflation (aux USA), c’est qu’il existe une bonne raison pour cela. Cet argent n’arrive pas dans les poches des américains. Les banques ne prêtent plus, ne font plus de crédits immobiliers, idem pour les prêts à la consommation. Avec le temps, cette situation s’aggrave, moins d’emploi stable, moins de crédits, moins de consommation, etc. Nous sommes au bout d’un cycle de 70 ans, celui de l’endettement. Les relances monétaires de la FED tournent à vide.

Récession globale en occident et la Chine.

Tout change sous nos yeux. Le monde a changé, mais nous n’en avons pas encore conscience. Le moteur économique du monde s’est déplacé de l’occident vers l’Asie, mais les USA sont encore les maîtres du monde financier. Certes nous n’avons pas d’inflation, mais une récession, ce qui est bien plus grave. Le fameux mur fiscal aux USA? Une tentative d’enrayer la gigantesque dette américaine, en taxant particuliers et entreprises.

Si le dollar se maintient, c’est grâce en partie à l’Euro, qui va encore plus mal que le dollar, mais surtout grâce aux Chinois, qui achètent la majeure partie des bons du trésor américain. Tant que le Yuan n’est pas convertible, nous ne verrons pas une brusque baisse du dollar.

catwiki-enchere-de-lingot