Partager est savoir!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Or n’ayant pas baissé au cours des précédents grands cracks boursiers de 2000 à 2002 et 2007 à 2009 (et ceux à venir ??) son prix a augmenté énormément comparativement à celui des grands indices, qui eux ont régressé.
Jusqu’à mi-août 1971, Richard Nixon, alors Président des États Unis, décida de mettre fin à la convertibilité du dollar en Or, il n’y avait jamais eu, dans l’histoire, de période où aucune monnaie d’État (devise) n’ait pas été liée à l’Or.
Le système de devises exclusivement « papier » est basé exclusivement sur la confiance accordée en la politique, aujourd’hui cela devient de plus en plus critique, les niveaux d’endettement des États devenant absolument astronomiques et incontrôlables.
La confiance dans les monnaies, notamment dans le dollar exhorte beaucoup de pays émergents à acquérir de plus en plus d’or, et la hausse des prix de l’Or (sur le long terme) semble aujourd’hui inexorable.

Déficit Global de la Production et des Réserves.

La quantité totale d’Or extrait au cours des âges (157.000 Tonnes) est largement supérieure aux réserves mondiales estimées de l’Or : (90.000 Tonnes).

Aux niveaux actuels de production minière (2.400 tonnes par an), les réserves totales d’Or ne pourront donc couvrir que 40 ans de production et au mieux 30 ans de la demande.

La grande tromperie.

L’Or des Banques centrales, vendu sur les marchés par les Bullion Banks, a donc permis de couvrir les déficits chroniques de production minière que connaît le secteur de l’Or et énoncés plus haut. Ceci a par ailleurs induit qu’en réalité, pratiquement personne n’a réalisé le déficit réel entre les niveaux de Demande et de Production d’Or au cours des 20 dernières années.
Cela a également eu pour effet d’augmenter artificiellement l’offre globale d’Or sur les marchés, ce qui a eu pour conséquence de maintenir les cours à des niveaux anormalement bas par rapport au déficit réel entre l’Offre minière et la demande des marchés.

Les « emprunts » d’Or physique par les banques d’Or ont aujourd’hui atteint de tels sommets (de l’ordre de350 milliards de dollars) qu’il est devenu impossible que celles-ci puissent un jour les rembourser à leur propriétaires (les Banques centrales) sous forme d’Or…
Les «Réserves d’Or» des Banques centrales ne sont donc plus que théoriques, puisque qu’elles ne sont plus représentées que par de «l’Or papier» que leurs « emprunteurs » ne pourront jamais rembourser (ni en or, ni même en contrevaleur devises).
Ceci est d’autant plus vrai que les cours de l’Or n’ont cessé d’augmenter au cours des dernières années, et que ce mouvement ne pourra que s’amplifier (pour les raisons exposées plus haut).

Pourquoi l’Or plutôt que les actions sur l’Or ?

Le Trading des actions de sociétés minières d’Or est infiniment plus risqué que sur l’Or physique.
Premièrement, la plupart des sociétés minières ont des positions « Short » (vente a découvert) sur l’Or, ayant vendu par avance partie de leur production future dans un effort de stabilisation de leurs revenus annuels. Lorsque les prix de l’Or augmentent, elles sont donc en risque, devant fournir de l’Or à un prix fixé par avance (celui auquel elles avaient vendu leur Or à terme), quel que soit le prix du marché au moment de la livraison. De plus, en vendant leur Or d’avance à des prix fixes, les producteurs d’Or ne peuvent profiter des hausses du prix de l’Or sur les marchés, leur production ayant déjà été vendue par avance. Le prix de leurs actions n’augmente donc pas, les investisseurs sachant que les prix courants de l’Or n’ont que peu d’effet sur le chiffre d’affaires annuel des sociétés (et donc sur leurs profits).
Il est estimé aujourd’hui qu’environ 2,700 Tonnes d’Or ont été placées en «Hedge» par les seuls producteurs d’Or. Ceci représente plus que la production mondiale totale d’une année entière. L’incertitude économique a donné des ailes à cette valeur refuge par excellence. Avec un record de 1.254,50 dollars l’once le 8 juin dernier. Une once d’or pesant 31,1 grammes.

Cela fait une dizaine d’années d’affilée que l’or grimpe, une ascension entamée peu temps après le 11 septembre 2001.

Source graphique: munknee.com

Quelques données pour mesurer l’engouement pour le métal jaune:

  • –>La Monnaie des États-Unis est à court de pièces d’or.
  • –>Le mois dernier l’Afrique du Sud a accru de 50% sa production de Krugerrand, son plus haut niveau depuis 25 ans.
  • –>La contrepartie des ETF, des instruments qui permettent d’investir dans l’or sans livraison physique, atteint 1.856 tonnes d’or contre 500 tonnes en 2005.

La crise des déficits publics en Europe et la chute de l’euro ont attisé la crainte des investisseurs. Mais ce qui inquiète davantage ce sont les USA, où la dette est intenable et le jour approche où il faudra le reconnaître, écrit le New York Times.

Pour payer ses dettes un gouvernement a le choix d’imprimer de la nouvelle monnaie, ce qui entraîne une inflation et renforce la valeur du métal jaune.

Peter D. Schiff, né en 1964 à New Haven (Connecticut), est un économiste et entrepreneur américain, président de Euro Pacific Capital Inc

L’économiste Peter Schiff qui figure parmi « Les gourous de la débâcle » envisage même l’émergence d’un marché noir aux États-Unis où certains commerçants refuseraient les billets et exigeraient de l’or.

Pour découvrir les principales réserves d’or dans le monde par pays, cliquez sur l’infographie.

To Acheter OR not to Acheter?

A vous de voir bien sûr… Mais méfiez-vous des bulles.

Pour ceux qui sont tentés, voici les différentes façons possibles d’investir, directement ou indirectement, dans l’or.

  • –>L’achat physique. Vous pouvez acheter des lingots (en général un kilo) ou des pièces d’or auprès de votre banque ou d’un spécialiste. Les emporter ou les mettre en coffre. Faites attention aux frais de livraison.
  • –>Les ETF sur l’or. Il s’agit d’un tracker (fonds coté) dont l’objectif est de reproduire les performances du métal jaune. Il existe aussi des ETF sur le CAC 40 ou sur le DAX. Ils s’échangent en Bourse aussi facilement que les actions. Des ETF sont cotés sur Euronext.
  • –>Les produits dérivés. A ne pas mettre entre toutes les mains. Comme avec les call et put classiques, on peut tout perdre. Pour investisseurs expérimentés.
  • –>Les mines d’or. Grand classique. La Bourse de Bruxelles fut d’ailleurs, en son temps, une place réputée en la matière. Elles permettaient de profiter de l’effet de levier. Moins maintenant vu le niveau du cours de l’or.

la valeur de l’or

1) Les débuts de l’or comme monnaie.

Durant des milliers d’années, l’humanité a essentiellement utilisé le troc pour le commerce, jusqu’à ce que l’or soit utilisé comme monnaie d’échange, aux alentours de 2500 av.

Aux environs de 700 avant JC, les premières pièces de monnaie firent leur apparition. Elles sont fabriquées dans un alliage appelé «électrum», un mélange d’or  et d’argent. Avec l’apparition de la monnaie, on pouvait connaître la valeur des biens ou propriétés, lesquelles sont estimées suivant une quantité en or. Au cours de l’histoire, différentes méthodes de paiement furent  acceptées, mais les pièces d’or furent de loin les monnaies d’échange universellement  acceptées.

2) L’étalon-or

L’étalon-or apparaît au XIXe siècle. L’étalon-or est un système financier international organisé au  dix-neuvième siècle. Le système de l’étalon or est très simple. Toutes les unités de monnaies possédaient une contre valeur fixe en or. Par exemple, un dollar américain a été défini comme un vingtième d’once d’or, en d’autres termes, un dollar valait 1,555 gramme d’or puisque l’once Troy pèse 31,10 grammes. La livre britannique valait un quart d’once d’or, soit 7,775 grammes d’or.
Un dollar à l’époque permettait  littéralement de posséder  1/20 once d’or, à son tour, cela signifie que l’once d’or valait 20 $. Une livre à l’époque équivalait à la possession d’un 1/4 once d’or, donc  une once d’or valait environ £ 4.
Dans le système de l’étalon or, chaque monnaie voit sa valeur fixée suivant une quantité d’or.  Nous pourrions dire également qu’il existait une unique monnaie mondiale, l’or.
Pour plus de commodité, les personnes ont donc utilisé de l’argent-papier, émit par les banques, pour le commerce. La libre convertibilité en or étant garantie par la banque émettrice des billets. Vous pouviez aller à la banque pour échanger votre billet pour son équivalent en or. C’est la différence majeure avec les billets actuels. Aux XIX siècle, un billet de banque représentait un dépôt de valeur, puisque il était échangeable contre une quantité invariable d’or.

3) Fin de l’étalon-or

En 1914 la Première Guerre mondiale éclate. L’étalon-or a été retiré temporairement pour permettre aux nations de répondre aux coûts de la guerre. En d’autres termes, on a commencé à  imprimer de l’argent sans contrepartie en or.  L’inflation fait son apparition. L’inflation est liée à la croissance de la masse monétaire. Une unité d’une monnaie perd de son pouvoir d’achat dans le temps.

En 1919, le traité de Versailles est signé. Dans le fonds, c’est un traité de réparation économique et territoriale en vertu duquel l’Allemagne a dû retourner des territoires et des réparations financière. Le montant total des réparations excède de loin le montant des réserves de la Banque centrale Allemande. L’économie ne fonctionnant pas, la Banque centrale  doit imprimer toujours plus de marks, lesquels perdent progressivement et rapidement leur valeur. Cette énorme quantité de marks a conduit l’Allemagne à l’hyperinflation. Les alliés demandèrent donc également à être payer en bien industriels comme des navires, des locomotives et en charbon et acier, accaparant la quasi-totalité de la production allemande de charbon et de fer.

Entre 1920-1923, l’hyperinflation se déchaîne en Allemagne. Elle atteint le taux annuel de 1.000.000.000.000% (en 1923 lors de l’occupation française de la Ruhr). Cette hyper inflation ne prit fin que lorsque  l’étalon-or a été partiellement restauré en Allemagne, à la fin des années 20.

1929. La Grande Dépression commence, c’est l’une des crises les plus longues et les plus graves de l’histoire. Elle a commencé   le jeudi noir, le 24 Octobre  1929, puis le 28 et 29 de la même semaine, appelée respectivement le lundi et mardi noir, ces trois jours ont marqué la plus forte baisse historique du marché boursier américain, – 90%. Se propageant rapidement, la Grande Dépression a provoqué l’effondrement des pays industrialisés.

(Le Dow Jones Industrial Average n’a  commencé à se redresser qu’au début des années 1930 et a de nouveau baissé en 1932, atteignant son niveau son  plus bas niveau depuis 1800.)

La cause de cette crise, nous devons la rechercher dans l’augmentation irresponsable de la masse monétaire. Se sont donc les  gouvernements et leurs banques centrales qui ont finit par conduire le pays à la crise. Le  New Deal mis en place pour redresser le pays était un programme d’intervention économique de type keynésien.
Le point clés  de ce programme est le lancement de programmes visant à réduire le chômage,  un contrôle du système de règlements et de contrôle des prix et  à l’injection massive d’argent dans l’économie (C’est également ce qui se  passe aux États-Unis et en Europe). La forte intervention du gouvernement a provoqué que la crise dure depuis 14 ans alors qu’une reprise normale moyenne était de 2 ans.  La crise a duré dans le temps, car la bourse et les marchés financiers ne pouvaient pas trouver des bénéfices avec les investissements sur le long terme.

En 1933, le président Theodore Roosevelt tente d’éliminer l’étalon-or allant même jusqu’à interdire aux Américains la possession d’or. Les politiciens se dotèrent donc du monopole de  la monnaie, car cela  donne l’opportunité de dépenser (créer de la monnaie) sans compter.  Une telle politique monétaire n’est pas possible avec le système de l’étalon-or, car les banques centrales ne sont pas autorisées à émettre des billets sans contrepartie d’or. Deuxième point d’importance, l’état américain n’est pas responsable de la valeur du dollar. La loi américaine stipule que les billets de banque émit par le trésor américain n’impliquent aucune responsabilité juridique de l’État, ce qui signifie que si le dollar perd toute sa valeur d’un jour à l’autre, l’État n’est pas responsable.

4) Chronologie : Valeur de l’or : Début XX jusqu’au XXI siècle.

graphique: source, FRED. Évolution du cours de l’or (londres AM) de 1970 a nos jours.
1934: Les USA retournent à la convertibilité du dollar en or, mais plus à 20 $ l’once, son cours historique,  sinon a 35 $ par once.

1939: la Seconde Guerre mondiale éclate. Et avec le début du conflit le risque de création massif de dollars (en suspendant la convertibilité du dollar en or) pour couvrir les coûts élevés de la guerre.

1940: Suspension en Europe de la convertibilité des monnaies en or.

En 1944: le célèbre accord de Bretton Woods est signé, il prévoit un taux de change fixe des monnaies par rapport au dollar. Le cours de l’or est fixé à 35 $ l’once Troy.

Entre 1961 et 1968 : début de l’intervention directe des banques centrales sur le marché de l’or. Le cours de l’or étant mis à jour quotidiennement sur le marché de Londres, les banques centrales de 8 pays, avec les États-Unis comme acteur principal, achètent ou vendent de l’or (intervienne sur le marché de Londres) pour le maintenir à 35 dollar l’once.

1968: Fin de la politique interventionniste sur le marché de l‘or.

Août 1971: Richard Nixon suspend la convertibilité du dollar en or. Cette décision, prise unilatéralement, arbitrairement et par décret, viole l’engagement de Bretton Woods il ya 25 ans, qui définit la valeur du dollar par rapport a l’or.

Décembre 1971: le cours de l’or augmente à 38 $ l’once.

En Mars 1973: l’étalon-or est abandonné. La plupart des monnaies adopte le système flottant de change.

En Janvier 1980. L’or atteint des sommets à 850 dollars l’once, en raison de la forte inflation et les prix élevés du pétrole. Les événements géopolitiques, tels que l’invasion de l’Union soviétique en Afghanistan et la révolution iranienne provoque de fortes tensions sur les marchés.  Les investisseurs protègent  leurs patrimoines en achetant des métaux précieux.

Août 1999. Le prix de l’or baisse brusquement à $ 251 l’once. Les marchés craignent que les banques centrales écoulent sur les marchés leurs réserves d’or. Les entreprises minières d’or commence à vendre leur production à l’avance pour se protéger contre la baisse du cours de l‘or.

Octobre 1999.  Le  Gold Agreement est signé à Washington. Les banques centrales des principaux pays s’engagent à limiter les ventes totales à 400 tonnes par an pendant 5 ans.

Décembre 2003. Le cours de l‘or commence son escalade. Le cours de l’or atteint 400 $ l’once, un niveau jamais vu depuis 1988. Les investisseurs commencent à acheter de l’or comme protection.

Septembre 2004, le Gold Agreement II est signé. 17 banques centrales décident de limiter les ventes d’or à 500 tonnes par an jusqu’en 2009.

En Avril  2006 l’once d’or dépasse les 600 $ en raison de la faiblesse du dollar, des prix élevés du pétrole et du risque géopolitique qui prévaut. Les  fonds de placement commencent à investir dans les métaux précieux.

En Novembre 2007, le prix de l’or atteignent $ 845 l’once.

En Mars 2008, pour la 1ère fois dans l’histoire, l’once d’or atteint les 1000 $ l’once.

En Septembre 2008, suite à la faillite de Lehman Brothers, l’or grimpe brusquement de 50 $ l’once. Les marchés craignant un effet domino, ils achètent massivement des contrats sur l’or.

En Août 2009, les banques centrales européennes ont signé la Banque centrale Gold Agreement III et acceptent de limiter les ventes d’or à 400 tonnes par an.

En Décembre 2009. Le prix de l’or et du dollar sommets de faiblesse dépasse encore 1212 dollars l’once.

En mai 2010. Le prix de l’or a atteint $ 1,237 l’once. La crise du crédit sévit en Europe.

III) Qu’advient-il du cours de l’or?

Tout au long de l’histoire, l’or a été considéré comme un «havre de paix», à savoir, l’option la plus sûre et la moins risquée lorsque d’autres investissements deviennent incertains.
Au début de 2009, le prix de l’or était de 800 $ l’once et a atteint 1900 à la mi-2011; par la suite, la tendance est à la baisse; en Avril 2013 l’or a diminué à 1400 $ et les prévisions pour 2015 est de 1000 $ l’once. Il semble donc que qu’il existait  une bulle, puisque la hausse du cours de l’or au dessus des 1000 dollars l’once reste inexpliquée par les fondamentaux, ne restant que la spéculation comme principal facteur haussier.
2009 a été une année où le monde a du faire face à un ralentissement global en raison de l’impact de la crise financière dans les économies avancées; dans ces conditions il été prévu que les investisseurs migrent vers des actifs plus sûrs tels que l’or, même si il est vrai que plus tard se sont développer des tendances spéculatifs. L’investisseur n’investissait dans l’or avec l’idée qu’il ne pouvait que grimper.

Au-delà de savoir si ces prévisions sont correctes ou non, il est intéressant de discuter les six raisons qui soutiennent notre hypothèse quand a l’évolution future de l’or libellé en dollar. Tout d’abord, dans une période de fortes turbulences financières internationales, l’or apparaît comme une option relativement sur, bien que  pas toujours rentable, car le prix de l’or reste volatile. Dans tous les cas, la forte hausse de l’or depuis 2008 ne pouvait durer dans le temps. Pourquoi? Nous étions dans un scénario typique de  resserrement du crédit, les investisseurs vendent pour répondre à une nécessité de trésorerie; cette volatilité ou instabilité réduisant la sécurité de l’investissement en or.

Deuxièmement, l’or est plus attractif lorsqu’il existe des risques d’inflation. Toutefois, compte tenu de l’énorme injection de liquidités par la Réserve fédérale, la Banque centrale européenne et la Banque du Japon, cette possibilité reste peu probable parce que le risque d’inflation était très contrôlé, plus particulièrement aux USA. En conséquence, le cours de l’or évolue en fonction de l’inflation. Voir le graphique ci -dessous.

or
Troisièmement, contrairement à d’autres actifs, l’or ne génère pas de «revenu», contrairement à une obligation, une action ou un compte d’épargne simple; le gain ne vient que de l’augmentation de son prix. Dans la mesure où l’économie mondiale se redresse, d’autres actifs deviennent moins risqué et peuvent générer des revenus supplémentaires, les investisseurs vendent donc de l’or pour  acheter ces actifs.
Quatrièmement, le prix de l’or augmente lorsque l’intérêt généré des liquidités est négatif, ce qui n’est pas le cas, compte tenu de la reprise de l’économie mondiale. En d’autres termes, la Fed arrête l’injection de dollars. Après quoi, le taux d’intérêt réel augmentera de négatif à positif et la possession de dollar devient attrayant.

Cinquièmement, un certain nombre de pays endettés ont vendus d’importantes quantités d’or; en Avril 2013, les autorités chypriotes ont vendu  une partie de ses réserves d’or pour payer ses dettes et le résultat a été une baisse du prix de l’or de 13. Et ce comportement peut être émulé par d’autres économies européennes.

Sixièmement, l’or n’est plus une monnaie. En effet, la monnaie remplit ont deux fonctions principales: réserve de valeur (économies), unité de compte (dont les prix sont des unités). L’or remplit seulement la première fonction, les prix ne sont pas exprimés en or, ni les transactions se réalisent en or.
Par conséquent, l’or est un actif de refuge que dans les épisodes de turbulences financières internationales; dans la mesure où l’économie mondiale se redresse, la demande est réduite et avec elle et le prix baisse.


  • Vendez directement vos monnaies et lingots sans intermédiaires entre particuliers.
  • Ventes certifiées sous notaires.
  • Maximum sécurité pour l'acheteur et le vendeur.
  • Vendez au prix réels du marché. Voir ici